Une nouvelle fois, Covid-19 oblige, la séance du conseil communal de Huy s’est tenue au centre Nobel de Tihange. Si l’ordre du jour n’était a priori pas très copieux, plusieurs points importants ont été abordés.

Parmi ces derniers, la situation du CPAS a été évoquée par l’échevin des Finances Jacques Mouton (MR). Mais au-delà du léger boni dégagé au compte 2019, ce qui a surtout retenu l’attention, c’est l’échange qui s’en est suivi. Et ce entre le conseiller Samuel Cogolati (Ecolo) et sa présidente.

Alors qu’il a épinglé "une situation difficile", Geneviève Nizet (PS) a dressé un premier bilan. "Nous avons reçu une enveloppe de 550 000 euros du fédéral pour faire face à la crise, ce à quoi il faut ajouter d’autres aides pour arriver à 750 000 euros", a-t-elle précisé.

Le CPAS peu sollicité mais...

Laquelle a également relevé le fait que tant au niveau du public traditionnel que des "nouveaux" bénéficiaires, "le CPAS a été relativement peu sollicité". Mais sa présidente, évoquant une relance récente de la communication, de craindre "un effet retard". Une inquiétude partagée par le conseiller Grégory Vidal (Défi).

Toujours au rayon financier, il a été décidé par le collège de prolonger la période de distribution des chèques commerce. Et ce jusqu’au 15 octobre alors qu’ils peuvent être utilisés jusqu’au 31 octobre. Grégory Vidal a souhaité une durée de validité plus longue.

Rodrigue Demeuse (Ecolo) a quant à lui déploré "un succès très relatif", comparant avec Waremme et Hannut. Ce à quoi le bourgmestre Christophe Collignon (PS) lui a répondu, chiffres à l’appui (seuls 132 chèques commerce contre 1 042 chèques solidaires), qu’une 3e phase du plan de relance n’était pas exclue.

Des chèques sport ont aussi été lancés. La volonté du collège étant en l’espèce de soutenir tant les clubs de l’entité que les citoyens aux revenus les plus modestes. "Il s’agit d’une prime annuelle destinée aux jeunes âgés entre 6 et 18 ans et correspondant à 50 % du montant de l’affiliation". Défi et Ecolo ont regretté un champ d’application jugé trop limité.