À la ferme Speliers, on veut construire des box pour protéger les animaux.

En février dernier, Igor et Nounours, deux chevaux de la ferme pédagogique Speliers à Waret-l’Évêque dans la commune de Héron, ont été gravement mutilés à la hache alors qu’ils se trouvaient dans un pré situé le long de la Grand-Route.

Les deux chevaux ont été blessés à la hache, notamment à la patte pour Nounours et près de l’œil pour Igor. Ce dernier a d’ailleurs failli perdre l’œil.

Après ces faits, les animaux ont été pris en charge par un vétérinaire et ont reçu des soins adéquats. Sept mois plus tard, les équidés se sont bien remis de cette agression, mais les soins coûtent cher.

"La note est d’environ 4.000 € ", explique Thierry Speliers, le propriétaire des chevaux. D’autant que depuis ces agressions, il n’est plus envisageable de laisser les chevaux dehors. "Nous n’en dormons plus la nuit, poursuit Thierry. Nous sommes très angoissés de les laisser à la merci d’une nouvelle agression. Nous avons décidé de faire construire des abris qu’il est possible de fermer. Nous avons rentré une demande de permis en février, mais nous n’avons toujours pas de réponse de la commune. Mais le coût de ces boxes est également très élevé puisqu’il faudrait compter environ 80.000 €."

C’est pour cette raison que la ferme pédagogique qui a plus de 200 animaux a réalisé une journée découverte et un repas. "Nous avions plus d’une centaine d’inscrits rien que pour le repas. L’après-midi, les visiteurs étaient encore plus nombreux pour découvrir des spectacles réalisés par nos élèves avec nos chevaux, mais aussi avec un rapace et les autres animaux de la ferme."

Dès l’annonce de cette agression, des sympathisants se sont mobilisés pour venir en aide aux propriétaires de ces animaux et ont ouvert un numéro de compte pour récolter des fonds.

Renseignements : www.fermespeliers.be