Les feux d’artifice à bruit contenu, la solution contre l’interdiction définitive des pétards.

Lorsqu’on pense aux feux d’artifice, on entend l’importante détonation qui va avec. Ce bruit assourdissant qui fait pleurer les plus petits et paniquer nos animaux de compagnie, ne sera peut-être bientôt plus qu’un souvenir.

L’artificier, grossiste et détaillant William Wilkin, qui est également responsable du magasin Festy Party situé à Rocourt, milite pour l’interdiction des feux d’artifice classiques. Pour lui, une solution existe et il s’agit des feux d’artifice dits "à bruit contenu".

Ces feux produits en Chine, n’explosent qu’une seule fois contrairement aux feux classiques qui détonnent une première fois au sol et une seconde fois dans les airs. L’alternative elle, explose une seule fois au moment où la charge est propulsée dans les airs. Une fois dans le ciel, cette charge se consume en créant l’effet visuel.

D’après GAIA, l’alternative à bruit contenu réduit de 60 à 80 le nombre de décibels produits par la détonation. Les feux d’artifice classiques émettent un bruit à 150 décibels voire plus, alors que leur voisin plus discret, diffuse un son avoisinant les 70 décibels.

"Dans notre magasin, nous proposons une gamme de 25 produits différents à bruit contenu. Ces feux d’artifice représentent 10 % de notre chiffre d’affaires, mais nous espérons qu’ils vont rapidement atteindre les 20 %. Pour nous, ce produit est plus cher que les autres, nous avons donc réduit notre marge pour que les clients soient intéressés. Il s’agit de l’alternative parfaite pour que les feux d’artifice ne soient pas définitivement interdits", a expliqué William Wilkin.

Les citoyens peuvent acheter des feux d’artifice librement à partir de 18 ans, mais leur utilisation est interdite dans de nombreuses communes, sauf si vous êtes en possession d’une autorisation communale.

Souvent, les autorités font preuve de tolérance durant la période des fêtes de fin d’année. C’est notamment le cas sur la zone de la Basse Meuse.

Cependant, de plus en plus de communes, interdisent totalement les feux d’artifice notamment pour le bien-être animal. L’objectif de William Wilkin est que toutes les communes s’alignent pour interdire les fusées classiques et autoriser celles à bruit contenu. Ce qui augmenterait les ventes et obligerait les fournisseurs à proposer une gamme plus importante.

Les feux d’artifice classiques effrayent les animaux qu’ils soient sauvages ou de compagnie. Si pour nos amis à quatre pattes, on peut prendre les devants et leur donner un calmant avant le moment clé des feux d’artifice. Il n’est pas rare d’entendre qu’un animal effrayé par le bruit des pétards, s’est échappé de chez lui.

Nos animaux de compagnie paniquent

“Les animaux ont une ouïe plus fine que les hommes, on peut donc facilement imaginer les désagréments que causent pour eux les explosions des feux d’artifice”, explique Fabrice Renard, inspecteur à la SRPA de Liège. Il poursuit, “chaque année, le nombre d’animaux égarés qui rentre au refuge augmente à cette période-là. L’année dernière par exemple, une dame promenait son chien quand l’explosion d’un feu d’artifice a effrayé l’animal, qui s’est ensuite enfui. Il a finalement fini dans nos locaux. Parfois, les animaux ont tellement peur, qu’ils détruisent la clôture et se retrouvent sur la voie publique. Il s’agit d’une situation à la fois dangereuse pour l’animal et pour autrui. Les animaux comme le gibier ou les oiseaux, sont également incommodés par ces bruits qui peuvent par exemple, perturber leur cycle de sommeil”.

Finalement, les feux d’artifice à bruits contenus, sont pour la SRPA une excellente alternative aux feux d’artifice classiques. Un moyen trop peu connu de profiter du spectacle sans être dérangé par le bruit assourdissant.