On le sait, la commune d’Ans souhaite accroître la vocation culturelle et touristique du château de Waroux. Après avoir franchi diverses étapes indispensables, le site étant classé, le projet de développement dont il est question depuis quelques années est désormais sur les rails.

Pour rappel, il s’agit de réhabiliter les deux maisons dites du garde et du jardinier, qui sont situées de part et d’autre du château, en vue d’y installer de l’activité Horeca (cafétéria/brasserie et restaurant), des salles de réunion ou séminaire et des chambres d’hôtes.

Les travaux de réhabilitation des deux maisons s’élèvent aux alentours de 2,7 millions d’euros et seront en partie financés grâce à des subsides européens de l’ordre d’1 million d’euros. Les procédures suivant leur cours, les travaux pourraient débuter fin de l’année, voire début 2022.

Des variétés locales

Par ailleurs, en collaboration avec la faculté agronomique de Gembloux, un verger conservatoire sera implanté de part et d’autre de la drève donnant accès au château, là où les épicéas ont dû être abattus après avoir été infectés par des scolytes (petits insectes). Ce sera en quelque sorte un retour aux sources pour cette parcelle où, à l’origine, un verger était implanté.

Pas moins de 150 arbres fruitiers y seront plantés à l’automne prochain. "Il y aura des pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers, châtaigniers… Soit une septantaine de variétés locales quelque peu oubliées qui permettront au public de les redécouvrir" , souligne Walther Herben, l’échevin de l’Environnement, ajoutant que cela ouvre des perspectives en matière d’animations futures.