Liège Le service est accessible depuis ce 1er juin 2016; du Grand Curtius à la Boverie…

Lorsque la météo est capricieuse et que le touriste de passage à Liège sort du musée Boverie pour rejoindre le centre-ville… il est perdu. Ce constat, il a pu être fait ce week-end encore, alors qu’il pleuvait des seaux.

Mais le service mis en place sur les rives liégeoises, depuis ce 1 er juin 2016, pourrait changer la donne, non sans rendre plus sympathique le séjour des city-trippeurs à Liège : tous les jours, une navette fluviale reliera "plusieurs fleurons de notre patrimoine" , indiquaient fièrement les services du tourisme de la Ville et de la Province de Liège, réunis pour l’occasion au quai d’embarquement du quai Van Beneden (Aquarium).

Une période test vient de débuter pour le bateau Le Vauban, qui effectuait jusqu’à ce jour des croisières sur la Meuse, aussi à partir de l’Aquarium. Jusqu’au 31 août inclus, huit trajets seront organisés quotidiennement, du mardi au dimanche. Le 1er partira à 10 h pour arriver à 10 h 30 au parc de la Boverie. La dernière navette partira à 17 h (toutes les heures).

Concrètement, trois arrêts sont prévus mais ce n’est pas de l’Aquarium qu’elles partiront. L’objectif est de relier la Boverie au quartier historique de Liège, en rive gauche. Ainsi, c’est en face du Grand Curtius qu’un arrêt est prévu, quai Sainte-Barbe. Les deux autres arrêts sont situés quai sur Meuse, près de la place Cockerill et à l’embarcadère du parc de la Boverie.

Pratiquement parlant, en partant du quai Sainte-Barbe à 10 h, on arrive au parc à 10 h 30, après une petite visite fluviale des bords de Meuse. Prix d’un aller : 2 €; 3 € l’aller-retour. De quoi concurrencer le bus… quand il roule du moins.

Et la croisière dans tout cela ? Puisque Le Vauban est désormais affecté à la navette, un autre bateau prend le relais des croisières. Mieux équipé, plus confortable et offrant une visibilité sur le fleuve sans pareil, Le Prince Albert (c’est son nom), d’une capacité de 128 places, prend ses quartiers quai Van Beneden.

Tant ce dernier que Le Vauban participent à une volonté affichée de retrouver le contact avec la Meuse.

M. B.