WANZE

Ces horticulteurs en herbe n’ont que 10 ans mais portent un intérêt marqué à la biodiversité

SOCIÉTÉ C’est un beau projet initié en octobre qui se concrétise à deux pas du château féodal de Moha. Les 27 élèves de la classe de 4e primaire de la localité se sont retrouvés, lundi matin, pour mettre en pratique des connaissances engrangées depuis la rentrée scolaire.

C’est avec beaucoup de sérieux que les enfants, qui ont été initiés par leur institutrice mais aussi par une guide de sentiers .be, ont apporté leur pierre à l’édifice de la biodiversité.

“On fait des trous pour planter des pommiers” , explique Bérénice. “C’est pour sauver la biodiversité” , complète Maurine, qui était occupée à touiller dans un seau contenant un mélange d’eau et de terre. Ce mélange sera ensuite apposé sur les racines des fruitiers qui seront plantés en bordure de chemin.

Ce sont des basses-tiges qui ont été choisies afin de ne pas couper la vue aux promeneurs. Les variétés plantées par les enfants sont anciennes. “Elles résistent mieux aux maladies. Il ne faut pas utiliser de pesticides” , explique Maurine.

Pendant ce temps-là, les garçons creusent. “On doit faire un trou de 80 cm de diamètre et de 80 cm de profondeur” , lance l’un d’eux. Le travail est rude mais les enfants apprécient. En plus des plantations, ils ont, ces derniers mois, réalisé de nombreux travaux qui devraient donner un coup de pouce à la biodiversité de leur village.

Les enfants ont construit des nichoirs mais aussi des gîtes à insectes. “C’est pour la pollinisation” , explique l’un d’eux. “Lorsqu’il n’y a plus d’abeille, il n’y a plus de fruit” , continue la petite Maurine, qui a décidément bien intégré les séances d’informations qui ont précédé les travaux pratiques.

Pendant toute l’année scolaire, les enfants pourront suivre l’évolution de leurs travaux. Ils placeront aussi des panneaux didactiques destinés aux promeneurs en bordure du chemin.



© La Dernière Heure 2011