Cela fait presque dix jours que Claudy Gengoux, habitant de Liège, diffuse sur son profil Facebook des photos et vidéos d'un SDF qui vit dans un parc boisé sur les hauteurs de la Cité ardente. Au départ, ce Liégeois qui a l'habitude de tendre la main aux personnes sans abris a été alerté par une connaissance de la situation de cet homme vivant dehors. Et il lui rend maintenant visite quotidiennement afin de tenter de lui venir en aide. Mais, désorienté, l'homme en question ne veut pas qu'on l'aide, de quelque manière que ce soit.

"Ce matin, au moment où j'écris ces quelques lignes, je suis dans ce parc où ce monsieur a encore dormi la nuit dernière dans de terribles conditions, dans la neige et l'humidité", écrit Claudy Gengoux sur Facebook lundi matin, en légende de nouvelles photos et vidéos de ce SDF appelé Nicolas. "Il n'a pas toute sa tête, c'est inimaginable de laisser quelqu'un comme ça". Sur les images, on découvre en effet un homme au dos courbé, couvert de vêtements usés et d'une couverture trempée. Ses chaussures sont trouées, et son seul abri consiste en un petit mur de branches d'arbre recouvert de feuilles. L'homme, qui s'exprime de manière incohérente la plupart du temps, a confié à Claudy Gengoux qu'il était né en 1951.

"Même s'il ne désire pas d'aide, il n'est psychologiquement pas apte à décider. Nous ne pouvons plus laisser des misérables vivre dans de telles conditions", déplore le Liégeois, qui désire alerter les autorités sur la situation de Nicolas. "Par tous les moyens, je tente de faire bouger les choses via les publications et les images pour que les autorités communales agissent, mais en vain. Comme à leur habitude, elles ne bougent pas", se désole-t-il encore.

Il refuse toute aide

Dans ce cas particulier, le problème est que ce sans-abri refuse toute forme d'aide. Depuis la diffusion des images de Claudy Gengoux, de nombreuses personnes, dont la police, les services sociaux et des associations venant en aide aux sans-abris, ont déjà été informées de la situation de Nicolas. D'autres habitants de Liège se sont rendus sur place afin d'offrir de quoi manger et se réchauffer à l'homme de 70 ans, mais il ne prend rien de ce qu'on lui donne. Il refuse également d'être hébergé, et risque de quitter "son" parc si trop de personnes veulent s'occuper de lui.

Le jour, le SDF de 70 ans se réfugie dans une chapelle située dans le parc, détaille encore Claudy Gengoux, mais cet endroit n'est pas ouvert la nuit. Et avec la pandémie de coronavirus, la situation de Nicolas est encore pire que d'habitude: "En temps normal, il pouvait aller se réchauffer dans un point chaud ou dans un café du quartier, malheureusement tout est fermé, c'est une catastrophe". Le "bon samaritain" liégeois craint que l'état de Nicolas se dégrade rapidement, au vu des températures extérieures actuelles. Mais "l'espoir fait vivre", écrit-il encore ce mardi matin. "Avec la bonne volonté de certaines personnes, on pourrait imaginer une fin plus heureuse pour ce pauvre homme, plutôt que d'attendre irrémédiablement de le retrouver mort un jour matin !".