Deux nouveaux terrains de padel bientôt construits sur le site du TCW

WAREMME À mi-chemin entre le tennis et le squash, le padel est ce nouveau sport dont la pratique a particulièrement le vent en poupe, y compris chez nous. C’est ainsi que dès juin 2019, un premier terrain de padel, non couvert et installé sur le site du club de tennis communal, a vu le jour dans l’entité de Waremme.

Comme indiqué par Geoffroy Lambert, à la base de ce projet, il s’agissait à l’époque d’une première en ce qui concerne la région hesbignonne pour ce sport en plein essor. Visiblement et à en croire ce dernier, le succès a été au rendez-vous et ils sont assez nombreux à être venus s’essayer à la pratique de cette nouvelle discipline.

Laquelle a notamment pour avantages de pouvoir se jouer peu importe la météo, sauf en cas de gel, et d’être accessible à tout un chacun sans avoir besoin de beaucoup d’initiation au préalable. Alors que le secteur du sport a subi de plein fouet la crise sanitaire, le padel a pu quant à lui tirer son épingle du jeu.

C’est ainsi d’ailleurs que le Padel Club waremmien peut désormais compter sur environ 700 participants dont une bonne centaine d’abonnés. "Ce qui est étonnant, c’est que malgré un coût relativement élevé (24 euros pour une heure à quatre joueurs), le succès ne se dément pas."

Un investissement de 275 000 euros garanti par la Ville

Dans ce contexte positif, l’ASBL Tennis Club waremmien a initié un projet de construction de deux nouveaux terrains de padel, couverts ceux-ci. "Si tout se déroule comme prévu, le permis devrait être accordé en mars et les terrains construits d’ici l’été." Et ce, en l’espèce sur le parking voisin du club de tennis et du centre sportif.

Alors que le premier terrain avait coûté 38 000 euros au club à l’époque, la Ville ayant pris en charge les travaux de terrassement, l’investissement est estimé pour cette fois à 275 000 euros. Lesquels sont pris en charge sur fonds propres tandis que la Ville a décidé il y a peu de l’octroi au club d’une garantie bancaire en plus d’un bail emphytéotique.