En prévision de ce samedi 1er mai, le Bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, le chef de Corps de la police locale Chrisitan Beupère se sont réunis, en concertation avec Philippe Dulieu, le Procureur du Roi, afin d’envisager la façon optimale de gérer le déroulement de cette journée.

"De nombreuses organisations politiques ont demandé l’autorisation de se rassembler dans le respect des mesures sanitaires conformément à l’Arrêté ministériel. Beaucoup ont été acceptées, le Bourgmestre a refusé la tenue de manifestations liées à l’extrême droite et de toute autre contremanifestation". explquent ainsi les autorités de la ville. "La mobilisation de l’événementiel, du culturel et de l’Horeca s’annonce importante. Pour ce qui concerne l’Horeca, le collectif HoReCa Wallonie a déjà annoncé qu’il n’y aurait pas d’ouverture de terrasse. La tendance serait d’ouvrir en « take away ». Certaines salles culturelles ont manifesté leur intention d’ouvrir. Et, comme ce fut le cas en février dernier avec le mouvement « still standing for culture », d’autres manifestations culturelles sont à prévoir sur l’ensemble du territoire de la ville de Liège".

Du coup, un important dispositif policier, visible et invisible, est prévu tant pour des missions de surveillance que pour des missions d’intervention. La police fédérale sera également présente en appui.

"La Police agira avec discernement. La gestion négociée de l’espace public sera la priorité. Une analyse dynamique et permanente des événements, facilitée par notre réseau de 180 caméras de surveillance, aura lieu afin d’évaluer l’opportunité d’intervenir et éviter tout débordement. Le maître-mot sera de mettre l’accent sur les organisateurs et d’éviter les troubles à l’ordre public."

Et de conclure : "Liège est une ville ardente. Le Bourgmestre et le Chef de Corps font confiance à la population pour respecter les règles sanitaires et en appellent à la responsabilité de chacun".