Le dixième anniversaire de cette méthode éducative a été célébré à l’Ipes de Herstal.

Ce mercredi 5 février à l’Ipes de Herstal, l’enseignement provincial liégeois a célébré le dixième anniversaire d’une méthode éducative qu’il a mis en œuvre. Il en est ainsi de l’approche dite orientante, laquelle est vue comme une conception de l’éducation qui aide les élèves à mieux se connaître, à être davantage motivés et à établir des liens entre leur vécu à l’école et leurs projets de carrière. Cette approche particulière est issue du modèle québécois où elle est en place depuis le début des années 2000.

"Donner du sens"

Parmi la petite centaine d’invités présents pour l’occasion dont plusieurs représentants politiques, une délégation québécoise avait été conviée. C’est d’ailleurs en s’adressant à cette dernière que la députée provinciale Muriel Brodure-Willain (PS), en charge de l’Enseignement et de la Formation, a prononcé quelques mots d’introduction. "L’élève est plus motivé lorsqu’il perçoit les relations entre les cours de sa formation et les mises en situation professionnelle. Il s’agit dès lors de donner du sens à la formation des jeunes en les aidant à comprendre à quoi servent les cours de sciences, de mathématiques, de langues…", a-t-elle expliqué.

Un autre élément important qui a également été mis en avant concernant l’approche orientante a trait au besoin d’implication tant des élèves eux-mêmes que du personnel éducatif, et ce de manière à faciliter le partage d’expériences et à leur permettre d’explorer les différentes facettes du monde du travail. Il a aussi été souligné par la ministre de l’Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), le fait que cette conception doit aller de pair avec "la nécessaire valorisation des filières et des métiers techniques".

À cet égard, ce type d’approche s’inscrit pleinement selon cette dernière dans le cadre du Pacte pour un enseignement d’excellence en ce qu’elle constitue un moyen voulu privilégié de construire avec les élèves leurs projets de vie. "Opter pour l’enseignement qualifiant comme il est désormais appelé ne doit plus être un choix par défaut", a-t-elle martelé, évoquant de futures assises de l’orientation scolaire et estimant en outre que "la Province de Liège a une longueur d’avance en la matière".

De son côté, le Herstalien Frédéric Daerden (PS), vice-président du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, s’est dit sensibilisé à cette thématique, qualifiant de fondamental le lien école-entreprise. Pour lui, il est par ailleurs nécessaire de disposer "de bâtiments d’excellence". La Province de Liège a également profité de l’occasion afin de présenter plusieurs outils qu’elle a mis en place. Parmi ces derniers : le Techni Truck, soit un impressionnant semi-remorque aménagé en une véritable plateforme mobile de promotion des métiers en pénurie. Inauguré en 2009, il a déjà été utilisé par 43 000 élèves issus de 1 500 écoles tandis que la Technosphère, consistant quant à elle en une animation ludique basée sur un jeu vidéo coopératif, a été utilisée par 2 000 élèves et 35 écoles.