Liège

C’était lors de la dernière séance du conseil communal de Waremme. Alors que l’ordre du jour était relativement copieux, étant notamment question en l’espèce du programme stratégique transversal et de la situation de l’intercommunale Enodia, les élus se sont également penchés sur des sujets plus concrets.

À cet égard, il fut aussi question d’une étude relative à la mobilité, et ce tant au sein du quartier du Tumulus qu’eu égard au projet immobilier du site de l’ancienne râperie. En l’absence du Premier échevin Albert Gérard, en délicatesse avec les instances du PS, c’est l’échevin Hervé Rigot qui a pris la parole.

Lequel a rappelé le contexte lié à cette nouvelle étude souhaitée par le collège (dont le montant estimé est de 42 300 euros), à savoir la construction en cours de deux nouveaux ronds-points, ainsi que les "enjeux importants".

Du côté de l’opposition, Pour Waremme et Waremme Alternative ont évoqué "un timing particulier" et "une occasion manquée", et ce tant concernant la concertation avec les riverains que les aspects liés à la mobilité douce. De quoi faire reporter le vote par la majorité.

Dialoguer avec les agriculteurs

Si on reparlera à coup sûr de ce sujet, ce sera aussi le cas de la thématique relative à la lutte contre les inondations. À cet égard, on se souvient que Waremme avait été victime des éléments en juin dernier. De quoi donc inciter les autorités communales à agir au plus vite.

C’est ainsi que le collège a proposé la mise sur pied d’un nouveau dispositif. Lequel vise à apporter au premier chef une solution aux rues qui ont été le plus touchées, à savoir celles de Berloz, du Pont et de la Wérick. "La volonté est de travailler en collaboration avec la commune de Berloz", a précisé l'échevin Julien Humblet. Et d’évoquer le cas de Donceel qui a incité depuis plusieurs années les agriculteurs à s’engager dans la plantation de fascines végétales. Et ce via l’octroi à ces derniers d’une prime dont le montant est estimé à 1 300 euros par hectare et par an.