Soupçonné d'avoir voulu commettre un attentat au Shape, il a écopé de 10 ans de prison et d'une déchéance de la nationalité

Ce mardi, la 18ème chambre de la cour d'appel de Liège introduira un dossier à charge de Noureddine Hamecha, soupçonné d'avoir tenu un rôle de dirigeant dans l'organisation terroriste de l'état islamique et avoir fomenté un attentat au Shape situé près de Mons. 

Pour rappel, le tribunal correctionnel de Liège a condamné Noureddine Hamecha, 35 ans, à 10 ans de prison, une amende de 30.000 € et une déchéance de la nationalité belge. Le tribunal l’a reconnu coupable d'avoir propagé les thèses terroristes, récolté des fonds en vue de commettre un attentat et envoyé des gens combattre aux côtés de l'état islamique. 

 Il se rendait dans plusieurs pays pour récolter des fonds. Selon lui, c’était pour venir en aide au fils malade d’un djihadiste, selon le tribunal, cet argent était destiné à commettre un attentat. 

Noureddine Hamecha était régulièrement en contact avec des personnes radicalisées en Europe, en Turquie et en Syrie. Il a tenté de rejoindre la Syrie. 

 En juillet 2016, il a évoqué la perpétration d’un attentat lors d'une brocante sur le site du Shape à Mons lors de laquelle des "militaires de toutes nationalités revendent leurs biens avant de partir. » 

 Il avait prévu d'épouser une mineure d'âge avec qui il voulait partir en Syrie. Il s’est présenté à elle comme étant « un des membres haut-placés de l'état islamique et faisant du recrutement pour l’organisation. »

Le fond du dossier devrait toutefois être évoqué ultérieurement.