Liège L’ex-député bourgmestre de Seraing avait introduit une requête en dessaisissement de la justice liégeoise

Ce mercredi, la Cour de cassation a rejeté la requête en dessaisissement de la justice liégeoise introduite par Alain Mathot.

L’ancien député et ancien bourgmestre de la commune de Seraing est suspecté de corruption dans le cadre de la construction de l’incinérateur d’Intradel à Herstal. Il souhaitait ne pas être jugé à Liège pour cause de "suspicions légitimes".

La Cour a finalement rejeté, ce mercredi, la requête, après avoir, en août dernier, estimé qu’elle "n’était pas manifestement irrecevable", s’accordant encore du temps avant de trancher définitivement.

L’ancien bourgmestre de Seraing est, pour rappel, suspecté de corruption dans le cadre du chantier de la construction de l’incinérateur d’Intradel à Herstal. Nouvel incinérateur inauguré voici 10 ans déjà.

Concrètement, Alain Mathot ne souhaitait pas être jugé à Liège car, selon son conseil, Me Jean-Philippe Mayence, il a déjà été en quelque sorte jugé au travers des précédents procès qui se sont tenus à Liège dans ce même dossier, pour lequel étaient jugées d’autres personnes.

"Il est étonnant que, dans deux décisions, la justice a déjà apprécié sa culpabilité alors qu’il n’était pas présent. C’est contraire aux règles les plus élémentaires. Nous imaginons mal qu’il puisse être jugé à Liège dans la sérénité", avait expliqué, cet été (à la fin du mois de juillet), Me Mayence.