Liège

Une habitante de Lierneux a comparu jeudi devant la cour d'appel de Liège pour répondre de faits de calomnie commis à la suite de la publication d'un "post" sur Facebook. 

Attachée à la cause animale, la prévenue avait dénoncé des maltraitances de la part de la propriétaire d'un manège de Thimister-Clermont. Sa publication avait été relayée et commentée par 5.000 internautes. La prévenue avait autrefois été en relations d'affaires avec la dame dont elle dénonçait les actes de maltraitance. Leur dispute s'était transformée en conflit autour de l'achat d'un terrain. En passant devant la propriété de son adversaire, la prévenue avait remarqué qu'un troupeau de chevaux avait disparu du terrain.

En novembre 2016, un cheval qui rencontrait des ennuis à la hanche avait été euthanasié par un vétérinaire et laissé en bord de terrain en attente de son enlèvement par le clos d'équarrissage. La prévenue avait fait des photos de l'animal mort. Elle avait aussi pénétré dans la propriété pour prendre des photos des installations. Elle avait dénoncé le fait que les chevaux avaient été trop longtemps enfermés.

Sur Facebook, la prévenue avait publié un "post" dans lequel elle dénonçait des faits de maltraitances envers des animaux, plus particulièrement au sujet des chevaux qu'elle considérait comme sous-alimentés. "Honte à vous", avait-elle indiqué. Sa publication avait été relayée et commentée en termes négatifs par 5.000 internautes adeptes de la cause animale.

La prévenue avait contesté l'intention de nuire et avait été acquittée en première instance à Verviers. Devant la cour d'appel, pour une particularité technique survenue dans une procédure d'opposition, la responsabilité de la prévenue n'a été examinée que sur le plan civil. Pour la victime des faits, Me Mulkay a réclamé à la prévenue un dommage de 2.500 euros.

L'arrêt sera prononcé le 5 décembre.