C’était en 2011, le service de location de vélos de la Ville de Liège était lancé sous le label Vélocité. Peu de Liégeois à l’époque estimaient que le deux-roues était un moyen efficace pour se déplacer en Cité ardente mais l’objectif du label lancé à l’époque par Michel Firket, était bien de faciliter l’accès à des vélos de qualité ; et de développer son utilisation dans le centre-ville. Très rapidement, "ce fut un vrai succès", confirment Gilles Foret et Sébastien Biet, respectivement échevin de la Mobilité à Liège et coordinateur de Pro Vélo à Liège. Grâce notamment au coût avantageux du principe de location et à cette location "humaine", qui permet à chacun de "s’approprier" la machine louée.

Dix ans plus tard, à l’occasion de l’anniversaire de Vélocité, l’échevin de la Mobilité a décidé de marquer le coup : dès ce 1er mars 2021 en effet et jusqu’au 31 décembre, louer un vélo de la Ville de Liège sera tout simplement gratuit ! Un montant de 40 000 euros a été mobilisé à cet effet.

Le timing du lancement de l’opération semble parfait et coïncide d’ailleurs avec le chantier du tram qui paralyse de nombreux axes de la ville. Une situation qui risque de ne pas s’améliorer pour la fluidité du trafic automobile avec la mise en service de ce moyen de transport… le vélo se veut plus que jamais une alternative cohérente.

Plus de 1 000 vélos

En outre, les outils mis à disposition du public ont aussi évolué au travers du label Vélocité… avec les 24 boxes à vélos sécurisés et les rues "cyclables" notamment (lire ci-dessous). Et la location de vélos donc. En 2011, on comptait 300 vélos à louer à un prix attractif, pour 3, 6, 9 ou 12 mois… sans contrainte horaire donc ni de stationnement à une borne. Aujourd’hui, on en compte plus de 1 000 à la location, dont une trentaine sont électriques et une trentaine sont spécifiquement réservés aux enfants. En 2021 qui plus est, 155 vélos classiques "Vélocité" viendront renforcer la flotte existante. Nul doute que l’offre rencontrera la demande. Si en 2011 en effet, l’ensemble des vélos avait rapidement trouvé "acquéreur", ce chiffre n’a cessé de grimper avec l’offre croissante, passant en 2019 à 727 contrats créés sur 235 jours d’ouverture, soit presque 3 nouveaux contrats par jour. En 2020, malgré les périodes de confinement, 661 contrats ont été réalisés… la satisfaction à l’égard du service et du matériel est unanime.

En pratique, le service sera accessible au Point Vélo : place des Guillemins 2 à 4000 Liège (chez Pro Velo), le lundi de 13h à 18h et du mardi au vendredi de 10h à 18h, dans la limite des stocks disponibles. Une caution de 50 euros par vélo est demandée… service accessible aux personnes âgées de minimum 16 ans (un vélo par personne).

Vélocité, label en pleine évolution

Si l’appellation “Vélocité” désigne le système de location de vélos à Liège, force est de constater que, ces dernières années, ce qui est présenté comme “un label” s’est aussi fortement développé sur tous ces “points noirs” qui parsemaient d’embûches l’itinéraire du cycliste liégeois. Outre une offre de mobilité diversifiée, “clé” pour désengorger Liège estime Gilles Foret, l’accent a récemment été mis sur “le stationnement”. L’échevin rappelle ici les efforts déjà consentis mais aussi ceux à venir...

“L’objectif est en effet de répondre aux besoins”, précise Gilles Foret, “et pour l’instant, nous avons 1600 arceaux à quoi s’ajoutent 5 emplacements protégés mais aussi les 24 boxes pour vélos sécurisés”. La Ville ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’un bâtiment, proche de la place Saint-Lambert et du XX Août, devrait accueillir d’ici peu un grand parking couvert, premier du genre à Liège. “Sans oublier ces solutions rapides trouvées pour les écoles, des barrières Nadar qui servent de parking pour vélos placées dans plus de 40 établissements”.

Mais le label Vélocité, c’est donc aussi toutes ces initiatives visant à favoriser le deux-roues en centre-ville. Ces 28 rues cyclables, les aménagements spécifiques pour les vélos sur certains axes, les itinéraires cyclables aussi bien sûr (traversées de ville) sans oublier la zone 30 km/h, qui doit participer à favoriser les modes doux. “Et ce label enfin, c’est aussi de notre côté un travail de promotion du vélo, chez nos partenaires et dans le secteur privé, pour que Liège devienne une véritable ville cyclable”, conclut Gilles Foret.

Pro Velo, un partenaire qui tient la route

“En dix années, j’ai vraiment senti un changement de mentalité à Liège. Désormais, tout le monde regarde dans la même direction”... Sébastien Biet est le coordinateur de ProVélo à Liège et, comme il nous le confie, de l’eau a coulé sous les ponts depuis que l’association occupait un petit local à l’étage d’une maison de la rue de Gueldre, dans des conditions peu favorables. À l’époque, la promotion du vélo en ville n’était pas une évidence… Aujourd’hui, rien n’est acquis bien sûr mais le souhait de faire de Liège une ville cyclable semble unanime. “Je me souviens en 2011 déjà, la Ville a donné l’impulsion pour Vélocité et nous trouvions même que 300 vélos, c’était beaucoup. Mais finalement c’est ce qu’il fallait faire, la Ville voulait montrer une certaine ambition”. Depuis le début, l’association gère donc la location de ces vélos et le succès est au rendez-vous, tant dans la demande que dans les profils (différents) des utilisateurs… Pro Vélo s’y attend par ailleurs, “cela va sans doute encore augmenter à l’avenir. Avec cette gratuité et l’après-covid, on s’attend en effet à une explosion de la demande”.