Liège

La commune de Braives qui a déjà introduit un recours en annulation devant le conseil d’État dans le dossier des neuf éoliennes de la campagne hannutoise vient d’introduire un nouveau recours !

La commune de Braives qui se trouve à proximité directe du site de la chaussée Romaine ne veut pas de ce parc éolien.

"C’est un recours en suspension ordinaire devant le Conseil d’État", explique Pol Guillaume le bourgmestre de Braives qui ne veut pas voir le chantier débuter comme le prévoit la société Gestamp. "Il y a déjà un recours en annulation mais on ignore encore quand il sera étudié. Nous avons appris que la société ne va pas attendre la finalité du recours pour commencer les travaux. Elle compte le faire en ce mois de janvier. Un petit mât qui doit sans doute servir à mesurer le vent a déjà été placé sur le site. On ne veut pas que le chantier débute car si un moment donné la société doit démanteler, ça risque d’être très compliqué. C’est pourquoi on a consulté notre avocat qui nous a conseillé ce recours en suspension", poursuit Pol Guillaume.

Le fait d’introduire un recours au conseil d’état n’a rien de suspensif. C’est ce qui explique que les travaux peuvent être lancés alors que le dossier n’a pas encore été étudié.

La commune de Braives espère que le recours en suspension permettra d’éviter la construction du parc avant que le Conseil d’État se penche sur l’éventuelle annulation du permis. Il peut, en effet, s’écouler deux à trois avant que l’annulation soit étudiée par le Conseil d’État.