Le tribunal a condamné Tahir Mollicaj à une peine de quarante mois de prison ferme pour avoir, avec des complices, commis un home invasion et pris en otage toute une famille à Esneux.

Le 22 mai 2014, vers 21 h 45, une jeune fille âgée de 17 ans, qui se trouvait seule dans le salon de sa maison a été surprise par trois hommes encagoulés et armés !

Les intéressés avaient cisaillé les clôtures du jardin et ont profité du fait que la porte de la maison était ouverte pour s’y introduire. Un des individus a empêché la jeune fille de crier à l’aide. Il lui a d’abord placé une main sur la bouche pour ensuite lui placer un morceau de scotch sur le visage pour l’empêcher de parler. Il lui a ensuite lié les poignets avec un collier et du papier collant.

Pendant ce temps, deux hommes ont fouillé la maison à la recherche de biens de valeurs. Le plus grand des individus a demandé à la victime où se trouvaient ses parents. Il lui a déclaré qu’il savait qu’il y avait de l’argent dans la maison. Pendant qu’il l’interrogeait, il lui a caressé le bras.

A ce moment, la maman de la victime est rentrée dans la maison pendant que son mari garait leur véhicule. Elle a été à son tour confrontée à deux hommes cagoulés et armés. Le plus petit des malfrats a posé une arme à feu sur le cou de la dame. Il lui a ordonné de ne pas bouger. Il lui a également demandé à quel endroit se trouvait son époux. Après avoir répondu, cette dernière a également été attachée grâce à des liens et du papier collant. Elle a été emmenée au salon près de sa fille. Le plus grand des auteurs est resté à proximité des deux prisonnières. Il leur a ordonné de se taire et de ne pas bouger. Il a également placé son arme à feu sur les côtes de la mère de famille pour la menacer.

Lorsque le père est entré dans la maison, il a été agressé par les trois malfrats. Ceux-ci lui ont sauté dessus. Ils l’ont mis au sol. Ils l’ont ensuite attaché et lui ont demandé à quel endroit se trouvait l’argent. Ils ont également précisé qu’ils étaient informés que la famille avait de l’argent sur place. Une dame, membre de la famille, est arrivée sur place. Les auteurs ont commencé à paniquer. Ils courraient partout dans la maison avec excitation selon les victimes. Les deux dames ont été contraintes par un des auteurs à se mettre à genoux avec la tête au sol. Un des auteurs a réussi à attraper la dame, mais le père de famille a bousculé l’agresseur pour permettre à la dame de s’enfuir, ce que celle-ci a réussi à faire. Les auteurs ont alors pris la fuite. Le suspect devait également répondre d’avoir commis un autre vol en pleine nuit chez une dame et faire partie d’une association de malfaiteurs. L’ADN du suspect a été retrouvé sur des objets qui ont servi à commettre les faits. Le suspect ne s’est pas présenté devant le tribunal. Il a été condamné par défaut.