Liège

La commune était montée au créneau...

Il y a quelques mois, à l'automne 2018, bpost l'annonçait sans détours : le service public allait supprimer 3.000 des quelque 10.000 boîtes aux lettres rouges situées sur le territoire belge. Raison invoquée: la rentabilité en forte baisse de celles-ci. Néanmoins, bpost annonçait conserver au moins une boîte dans un rayon de 500m en zone urbaine et d'une boîte dans un rayon de 1.500m en zone rurale.

C'est dans cette dernière catégorie que les conséquences furent les plus fâcheuses. À Esneux par exemple, pas moins de 13 boîtes rouges devaient être supprimées, ce qui représentait la moitié de l'offre sur la commune.

Aujourd'hui, une bonne nouvelle a été relayée par la bourgmestre Laura Iker : "grâce à des contacts et rencontres fructueux avec certains responsables, deux boîtes enlevées vont être replacées, celle située Place de l'Église 10 et celle située Monfort 4".

Rapidement en effet, à l'annonce de ces suppressions, les autorités communales MR-PS étaient montées au créneau, écrivant un courrier dûment argumenté, à bpost. Dans celui-ci, la commune faisait part de son indignation et disait s’opposer formellement à ces fermetures… "Nous trouvons votre décision inacceptable, en total désaccord avec votre obligation d’assurer le service universel postal et votre mission de service public […] Le territoire d’Esneux s’étend sur 34 km² comprenant plusieurs petits hameaux isolés, rendant l’accès aux centres difficiles pour les personnes âgées ou à mobilité réduite. La suppression de ces boîtes va désavantager les plus faibles".

Deux boîtes sont donc sauvées... sur 13, c'est peu diront les plus critiques, mais c'est évidemment mieux que rien !