Début décembre, la société Pellets Ardents présentait l’avant-projet de construction et d’exploitation d’une unité de cogénération et d’une unité de production de pellets industriels sur la commune d’Oupeye lors d’une réunion d’information préalable à la réalisation de l’étude d’incidence.

Lors de celle-ci, 24 citoyens ont émis leurs remarques et partagé leurs inquiétudes quant au projet. Cinq Oupéyens se sont manifestés par courrier. Les questions se sont portées essentiellement vers les horaires de travail, la pollution sonore, mais aussi olfactive et visuelle, ou encore la qualité du bois à brûler. Et pierre d’achoppement du projet : l’approvisionnement par camions. Il est prévu l’acheminement de 36 camions par jour, aller-retour, soit 72 passsages.

Alors que la question du charroi de camions est déjà sensible sur la commune, en particulier depuis l’arrivée du Trilogiport, les riverains ne sont pas prêts à laisser passer plus de camions par le centre de Hermalle-sous-Argenteau. Le bourgmestre émet ici une idée.

Alléger le centre

Dès la création du Trilogiport, un pont était construit par le Port autonome de Liège pour relier l’E25 et acheminer les marchandises sur le site. Les autres camions qui desservent le parc d’activités économiques toutefois doivent continuer à emprunter le centre de Hermalle, le pont du Trilogiport étant uniquement réservé à l’activité de ce dernier.

Le bourgmestre Serge Fillot relance dès lors l’idée : pourquoi ne pas permettre à tous les camions de passer par le pont du Trilogiport, "qu’ils approvisionnent ou pas celui-ci", qui ne lui serait ainsi plus réservé. "Je me demande si on ne pourrait pas ouvrir le débat." Ainsi, le charroi de la future usine située le long du canal Albert en zone d’activités économiques pourrait aussi passer par ledit pont "plutôt que passer par le centre, avec les nuisances que cela engendre pour les riverains", et ainsi réduire les problèmes de mobilité.

Pour l’heure, une barrière est toujours installée afin d’empêcher aux différents camions du parc de traverser le pont du Trilogiport. "Le permis d’exploiter le site écrit que cette barrière doit rester fermée." À voir maintenant ce qu’en pensent les exploitants…

Notons que l’étude d’incidence pour le projet d’usine à pellets devrait prendre six mois. La demande de permis pourrait être déposée à la fin du printemps 2022.