Un des importants dossiers portés par la majorité communale hutoise dans le cadre du redéveloppement de la rive gauche vient de franchir une nouvelle étape avec la réunion de population qui s’est tenue, mercredi soir, à propos de la réaffectation du site Felon-Lange.

Il s’agit d’un projet qui s’inscrit dans le cadre d’une volonté de la Ville de créer du logement et des nouveaux quartiers sur son territoire dans une zone où le plan de secteur ne le prévoyait pas.

Pour rappel, après avoir changé de mains à plusieurs reprises et après plusieurs faillites, la fin des activités en 2004 avait conduit à la revente en 2005 des machines en Pologne. Les bâtiments, les matériaux et les polluants étaient restés sur le site.

Des hydrocarbures, des huiles minérales, des solvants et des phénols y avaient été découverts. C’est la Spaque qui s’était chargée, de 2009 à 2011, de dépolluer le site d’une superficie de près de 17 000 m2.

La Spaque, après avoir démoli les anciennes fonderies et assaini le site, a lancé un appel à projets sous la forme d’un concours avec un cahier des charges balisé par les prescrits urbanistiques du PRU. Thomas et Piron Bâtiment a remporté en septembre 2020 ce marché public en présentant le projet qui correspondait le mieux aux attentes des autorités locales, provinciales et régionales ainsi que la Spaque.

Le projet présenté prévoit ainsi la construction de 16 maisons unifamiliales et d’environ 80 unités d’appartements répartis en 5 immeubles. Il est également question de l’aménagement d’un emplacement de parking en surface par unité résidentielle, d’un rez-de-chaussée à vocation libérale et/ou de services et d’un espace à vocation publique rétrocédé à la Ville.

En outre, environ 38 nouveaux emplacements de parking public (sur deux poches distinctes sises rues Saint-Hilaire et Petit Paris) ainsi qu’un cheminement cyclo-piéton (mobilité douce) sont prévus. Enfin, de nouveaux espaces verts publics et privés complémentaires aux poches paysagères existantes sont également sur les plans présentés aux Hutois.