Écrire que l’ambiance entre la ville de Liège et le consortium Tram’Ardent, chargé de la construction du tram, est au beau fixe serait manifestement contraire à la vérité… On en veut pour preuve une “guerre” des communiqués sur la finalisation des travaux et surtout, depuis ce mercredi, un conflit ouvert en ce qui concerne les travaux qui dev(r)aient débuter le 4 avril prochain, en Féronstrée, le tout accompagné d’une mise à double sens de la rue Léopold dès ce vendredi.

Mais cette hypothèse de travail n’est pas du tout du goût de la ville qui, via un autre communiqué l’a fait savoir.

“Au vu du délai et des différentes phases de travaux encore à réaliser, la Ville de Liège n’est pas en mesure de délivrer l’autorisation demandée”. Et toc, voilà cette partie de chantier paralysée !

Et la ville d’expliquer ses motivations. “En ce qui concerne la rue Léopold, l’état d’avancement des travaux ne permet pas d’envisager une remise à double sens dans des conditions de sécurité suffisante : la demande d’autorisation ne mentionne aucune mesure relative au cheminement des piétons et aucun passage pour piétons n’est prévu. En outre, des travaux sont encore planifiés sur les trottoirs situés du côté Saint- Lambert”.

En ce qui concerne la rue Féronstrée, la ville affirme avoir souligné en réunion de coordination (le 23 mars) que des clarifications sur le phasage des travaux, l’organisation des livraisons et le stationnement étaient nécessaires avant toute délivrance d’autorisation. “La Ville de Liège a clairement exprimé la nécessité d’une communication claire et précise sur l’organisation des travaux dans le quartier Saint Lambert/Féronstrée. Cette exigence vaut d’ailleurs pour l’ensemble du parcours et n’est à ce jour pas rencontrée”.

Or, comme pour n’importe quel chantier, la Ville de Liège et les services de police attendent que des informations fiables et précises leur soient communiquées avant la délivrance d’une autorisation.

“Malgré ces demandes, l’imprécision des documents transmis ce 29 mars – pour un démarrage souhaité dès le 4 avril – ne permettent pas d’anticiper le déroulement des travaux et n’offrent aucune garantie quant à la sûreté et la commodité de passage aux abords immédiats. Cet envoi tardif est d’ailleurs symptomatique d’un fonctionnement plus large, dans lequel les représentants de la Ville et de la Police se voient remettre des documents imprécis, sans cesse modifiés, et ce systématiquement à la dernière minute”. Et re-toc !

En outre, le Bourgmestre de Liège “ne peut admettre que les Liégeoises et Liégeois concernés, ainsi que des nombreux commerçants situés dans la zone, soient à ce point laissés dans le flou”.

Désolant

Willy Demeyer exige donc de la part du Consortium Tram’Ardent et du Donneur d’ordre du chantier “une étude sérieuse et approfondie des conséquences des travaux à réaliser dans la rue Féronstrée et une communication digne de ce nom vers les centaines de personnes concernées au premier chef, et plus largement vers les milliers d’usagers de la zone”.

Une situation qui ne devrait toutefois pas durer puisqu’une réunion d’information est prévue ce mercredi soir à la halle aux Viandes. Tram’Ardent ajoutant dans son invitation que l’on y découvrirait toutes les informations… “En exclusivité” ! Nul doute que des représentants de la ville seront dès lors présents.

Mais au-delà de cela, il est désolant de constater qu’un chantier annoncé et en cours depuis tant d’années se heurte à de telles gesticulations. Parce qu’une chose est sûre dans ce genre de “bisbrouille”, les grands perdants seront, une fois de plus, les Liégeois et les navetteurs de la Cité ardente.