2.600 Liégeois ont signé la pétition lancée par Vert Ardent, Ecolo et Demain

La nouvelle annoncée par le ministre Carlo Di Antonio la semaine dernière relativement à la liaison autoroutière reliant Cerexhe-Heuseux (E40) à Beaufays (E25)... est-elle vraiment une bonne nouvelle pour les opposants à CHB ? Oui et non. Raison pour laquelle une pétition mobilise aujourd’hui 2.600 Liégeois.

Le ministre a en effet confirmé que le plan d’investissement de la Sofico 2019-2024 n’avait rien prévu pour la réalisation de ladite liaison. Logique est-on tenté d’écrire puisque dans le Plan urbain de mobilité (Pum) validé par les 24 communes de l’arrondissement fin février, CHB était bien présenté comme la dernière alternative à envisager en matière de mobilité en région liégeoise. Pas question dès lors de réaliser cette liaison avant plusieurs années et encore moins de la financer, d’autant que le budget représente plusieurs centaines de millions d’euros.

Mais le hic, c’est que dans ce Pum, la liaison reste évoquée, le projet est donc mis au frigo. Au plan de secteur, la zone de réservation prévue le long des 12,5km de liaison existe d’ailleurs toujours…

Profitant des conclusions du Pum tout comme du fait que le projet de CHB n’est pas définitivement abandonné, le groupe Vert ardent, la régionale Ecolo de Liège et la régionale liégeoise du mouvement Demain ont lancé début février une pétition au nom explicite : "Non à une nouvelle autoroute. Oui aux transports en commun et au vélo". Aujourd’hui, elle a recueilli quelque 2.600 signatures. L’objectif est clair : enterrer définitivement CHB, "par choix politique".

"Les responsables politiques de formations ayant longtemps soutenu avec force ce projet, comme le CDH et même certains au PS, commencent à admettre qu’il n’est pas prioritaire", indiquent les groupes politiques Vert Ardent, Demain et Ecolo. "malheureusement la priorité donnée à la route et la bétonnisation reste bien vivante".

Les mobilisations pour le climat le démontrent toutefois, estiment encore ces partis, "la population est prête pour changer ses modes de déplacement pour autant que des alternatives lui soient offertes".

Deux requêtes sont dès lors évoquées : "Acter politiquement l’abandon du projet CHB et supprimer la zone de réservation au plan de secteur tout en veillant à préserver les espaces verts. Celle-ci demeure en effet une véritable épée de Damoclès pour les habitants de la large zone concernée à l’Est de Liège. Et travailler sans plus attendre à un plan d’investissement pour le bassin liégeois (le principal bassin de vie en Wallonie) afin de matérialiser les solutions de mobilité plus soutenables contenues dans le PUM, dont en particulier, le réseau express liégeois, les lignes de bus à haut niveau de service, et les couloirs vélo".