Du ressort du DNF (Département de la Nature et des Forêts), les zones forestières sur Flémalle sont particulièrement étendues. Afin d’épauler le seul agent chargé de leur gestion, la commune a décidé de recourir à des gardes champêtres volontaires afin de lutter contre diverses incivilités que l’on peut constater dans de telles zones.

On pense par exemple aux dépôts clandestins d’immondices mais aussi au braconnage, à la circulation de motos et quads, au glanage sans autorisation ou encore au nourrissage des animaux sauvages, particulièrement les sangliers qui ont tendance à causer des dégâts. 

"Ces gardes champêtres ont reçu une formation spécifique et disposent du statut d’officier de police judiciaire. Ce qui leur permet de dresser des PV", souligne Sophie Thémont, échevine en charge de l’environnement à Flémalle.