Liège Dès cette rentrée des classes, au sein des écoles de l’enseignement communal.

Renforcer le pouvoir d’achat des ménages est l’un des axes du programme stratégique transversal de la majorité socialiste à Flémalle pour cette législature. Et parmi les mesures envisagées, il y a la volonté de renforcer la gratuité de l’enseignement communal.

"À la base, l’enseignement doit être gratuit mais dans les faits, force est de constater qu’il y a des différences d’une implantation à l’autre, d’une commune à l’autre et même d’un réseau à l’autre. Ce qui, pour les enfants, peut générer une réelle discrimination", admet Laurent Léonard, échevin de l’Enseignement à Flémalle.

Il a donc été décidé d’aller au-delà des fardes, cahiers et autres ustensiles mis à la disposition des écoliers dès la rentrée des classes en fournissant, dès le 2 septembre prochain, un school pack à chaque élève du primaire fréquentant une école de l’enseignement communal. Quelque 1 300 à 1 350 school packs seront ainsi distribués.

"Pas question, donc, de distribuer des listes avec du matériel à acheter puisque chacun repartira avec un petit sac, qui est en fait un sac de gym, dans lequel il y aura le matériel de base nécessaire. Le contenu variera quelque peu selon l’année", poursuit l’échevin.

Crayons d’écriture et de couleur, gomme, taille-crayon avec réservoir, tube de colle, latte, paire de ciseaux et autres équerre aristo, stylo à bille à 4 couleurs, voire stylo à encre et compas pour les plus grands, composeront donc ce school pack.

En clair, à l’exception du cartable et du plumier, chaque élève recevra à l’école le matériel dont il aura besoin au quotidien et ce, en plus des fardes et cahiers déjà fournis.

"Le budget de 60 000 € permettant de fournir aux enseignants les fournitures classiques dont ils ont besoin a été augmenté de 10 000 € pour le school pack. De plus, pour les excursions propres à l’échevinat ou à l’école, 6 000 € ont été ajoutés afin de ne plus demander de petits suppléments aux parents. Et enfin, le service de garderies redevient gratuit", souligne Laurent Léonard, ajoutant que la seule participation qui sera encore demandée aux parents concerne les classes de mer (3e année) et de dépaysement (5e année).

"Sachant que la commune prend en charge plus de la moitié du coût par enfant", conclut-il.