Régulièrement, à l'ordre du jour des conseils communaux, on voit figurer une motion en faveur de ceci ou de cela... S'il est un fait que les motions, en général, font plus plaisir à ceux et celles qui les portent ainsi qu'aux personnes concernées que d'avoir réellement un effet, elles ont au moins le mérite d'épingler une situation préoccupante... Lundi soir, lors des conseils communaux de Flémalle et Seraing, c'est une motion de soutien aux travailleurs de Liberty Steel et à leurs familles qui a été présentée par le PS, avec la contribution d'autres groupes.

En effet, on sait que la situation du groupe sidérurgique Liberty Steel n'est pas des plus reluisantes depuis la faillite de la société anglaise Greensill Capital, son bras financier... Ce qui complique tout approvisionnement en région liégeoise... Ce sont ainsi pas moins de 760 emplois qui sont menacés dans le bassin liégeois (Ferblatil à Tilleur, Galva IV et V à Flémalle), c'est-à-dire au sein des usines rachetées à ArcelorMittal en 2019!

A l'heure actuelle, les sites liégeois de Liberty Steel ne tournent qu'à 40 % de leurs possibilités et le personnel est mis au chômage... Ce qui est assez frustrant sachant que le marché de l'acier repart à la hausse avec des prix très élevés... Il y a quelques jours, on apprenait que Liberty Steel a demandé au tribunal du commerce de Liège la désignation d’un médiateur dont la mission serait de trouver des candidats investisseurs. Voilà qui n'est pas de bon augure...

A la suite de quelques remaniements sollicités par certains membres des deux conseils communaux, la motion a été votée, à Flémalle comme à Seraing, à l'unanimité.

A travers cette motion, les conseils communaux de Flémalle et de Seraing, vu l'enjeu en termes d'emplois, demande à la direction de Liberty Steel de tout faire pour assurer le maintien pérenne de l'activité, notamment par la réalisation des investissements promis. Il s'agit également d'encourager les instances compétentes, à tous les niveaux, à s'engager activement pour le maintien de l'activité et de l'emploi sur les sites liégeois du groupe Liberty Steel.

Et en cas de fermeture des sites liégeois, il est demandé à ces mêmes instances de s'engager solennellement et activement afin de permettre la reprise de l'activité.