Premier recours contre le centre commercial de Soumagne.

On s’attendait à une première banderille de l’UCM, elle viendra finalement de Fléron. La commune, voisine de Soumagne, va introduire un recours au Conseil d’État contre la construction du centre commercial Central Piazza en bord de N3. Une décision qui sera prise mardi lors du conseil communal. Un conseil qui devrait finalement entériner majorité (IC-Ecolo) contre opposition (PS) un consensus déjà trouvé mercredi dernier en collège.

"Disons-le clairement, nous n’avons rien contre la commune de Soumagne et ses édiles communales. Par contre, le projet de centre commercial, lui, sera préjudiciable à nos commerçants. Sans parler des problèmes de mobilité qui vont se poser sur la Nationale 3", avance le bourgmestre fléronnais Roger Lespagnard pour expliquer cette décision qui survient quelques semaines après l’octroi du permis par les autorités soumagnardes.

Fléron devrait rapidement être imitée par les commerçants de Soumagne, ceux-là même soutenus depuis les prémices de ce projet par l’Union des Classes Moyennes. Un recours qui devrait être intenté dans les jours à venir… Sur la mobilité essentiellement !

La commune de Verviers, dirigée par le PS en coalition avec le CDH, ne va pas intenter de recours mais le discours sur la question est clair. "On s’oppose à la construction de ce centre commercial d’autant que la politique souhaitée sur le sujet est de construire ces espaces commerciaux en centre-ville et non plus en périphérie. Comme en 2011, on peut rédiger en ce sens une motion", avait répondu, lors du dernier conseil communal, Muriel Targnion, la bourgmestre de Verviers à une interpellation du MR.

On le sait, c’est surtout Verviers, et les commerces de proximité de Soumagne et alentours, qui seront fortement préjudiciés par la construction de ce centre commercial de 20.000 m2 dont toute une région parle depuis 8 ans. Aucun consensus politique n’est parvenu à se dégager avec le temps. Ce sera au Conseil d’État de trancher.