Ce jeudi, beaucoup d’habitants, mais aussi de commerçants de Pepinster ont assisté, impuissants, au désastre. C’est le cas de Marie-Louise Grosjean qui tient le magasin de fleurs et de vente de vin "Bergamote" situé dans une des rues principales de la ville. "Toutes les routes d’accès pour aller à Pepinster sont bloquées", explique Marie-Louise. "Je stresse. Mon père a réussi à aller voir le magasin et c’est inéluctable, il a été inondé. Tout est inondé. Je suis triste et impuissante."

Ce sont de longues années d’investissement et de labeur qui ont été balayées en quelques heures. "Dix années de travail réduites à rien. Je suis dépitée. Nous constaterons les dégâts demain malheureusement. Enfin si je parviens à me rendre là-bas ce qui n’est pas gagné, au vu de la situation dans les vallées."

Le magasin, comme beaucoup de maisons aux alentours, a été complètement sinistré. "Tout est foutu. Je viens d’appeler les assurances. De nombreuses personnes ont déjà déclaré leurs sinistres."

La commerçante redoute ce qu’elle va découvrir après la décrue. "Je n’ose pas imaginer. Cela me fait trop mal au cœur."

Heureusement, dans son malheur, Marie-Louise et les siens ont toujours un toit, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’habitants de la région. "C’est l’apocalypse à Pepinster. Des gens attendaient sur les toits de leurs maisons pour être secourus. Dix maisons se sont écroulées près du magasin. Mes parents sont au sec sur leur colline et nous aussi, mais c’est très dur moralement. Nous avons de la chance d’avoir la maison au sec", termine Marie-Louise.

De nombreuses personnes tentent encore d’avoir des nouvelles de leurs proches dans la région. En effet, l’électricité est coupée depuis longtemps et beaucoup d’habitants ont leur téléphone déchargé.

Le Hall du Paire a été réquisitionné pour accueillir les personnes en difficulté. La gare de Pepinster accueille également les personnes en difficulté.