L’action fouronnaise dénonce cette vente qui "saborde la vie culturelle francophone"

Entre la majorité flamande du bourgmestre des Fourons Huub Broers et la minorité francophone, dont fait partie Grégory Happart, l’entente n’est pas cordiale… c’est le moins que l’on puisse écrire. L’élu francophone dénonce en effet, aujourd’hui, une nouvelle offensive "flamande" : "une énième vente publique, ce vendredi 5 juillet, d’un bâtiment communal fouronnais, qui saborde la vie culturelle et associative francophone".

Doit-on le rappeler en effet, la quiétude apparente de cette commune bucolique de moins de 5.000 habitants, située aux confins du plateau de Herve, est une illusion. Géographiquement situés en Province de Liège, les Fourons sont, depuis 1963, rattachés à la Région flamande ce qui provoquait régulièrement des tensions (le mot est faible), avec la majorité francophone. Depuis, la situation s’est inversée et, ces dernières années dénonce Grégory Happart - fils d’un certain Jean-Marie -, "la majorité néerlandophone met en vente tout son patrimoine immobilier, terrains, bois et bâtiments, principalement à la Région flamande".

Aujourd’hui, c’est donc cette vente publique de l’ancienne école de Rémersdeal, qui préoccupe l’action fouronnaise. "Cet immeuble abrite en effet un logement inoccupé faute d’entretien et de volonté mais surtout le local des jeunes et le local de l’harmonie de Rémersdael", précise le francophone, "une association vieille de plusieurs dizaines d’années".

Rémersdael, village situé près d’Aubel, c’est quelques centaines d’habitants… et 80 % de francophones ; raison pour laquelle Grégory Happart dénonce une tentative "de saborder sans état d’âme la vie culturelle de tout un village, trop francophone aux yeux de la commune. Les associations rémersdaeloises se croyaient pourtant protégées par un bail en bonne et due forme. La majorité fouronnaise n’en a cure…".

Symboliquement, l’action fouronnaise sera présente ce vendredi. "Et je réaffirmerai personnellement le fait que la population n’est pas heureuse… Nous condamnons ces méthodes d’un autre temps et poursuivons dans le calme et la dignité notre combat pour le respect des droits des francophones des Fourons".

Suite aux élections communales de 2018, les Fourons comptent 5 élus francophones et 10 néerlandophones.

Pour Huub Broers, bourgmestre des Fourons, cette vente n'est que le résultat logique d'une "bonne gestion". “Ce bâtiment est en effet en grande partie inoccupé et ne rapporte plus rien à la commune. Il coûte de l’argent même... Certains disent que c’est de ma faute, mais je rappelle que je suis le premier à avoir entrepris des travaux ici. Par ailleurs je ne mets personne dehors… pour l’harmonie de Rémersdael, il faut trouver une solution avec le futur propriétaire. Je signale d’ailleurs, à cet égard, que tout le monde peut acheter et que le locataire a un droit de préemption. L’estimation du bâtiment est de 120.000 euros. Avec cet argent, on pourrait refaire les routes de Rémersdael par exemple”.