Liège Tous sont convaincus d'une chose : "ce n'est pas un accident"
14heures ce samedi, l'esplanade des Guillemins accueille une fois de plus un rassemblement de gilets jaunes. Mais l'ambiance était, ce 12 janvier, particulièrement morose. Car les quelque 300 gilets jaunes réunis ce jour s'étaient surtout donnés rendez-vous pour rendre hommage à leur compagnon Roger Borlez, décédé tragiquement ce vendredi soir, sur un barrage autoroutier à Visé. Pour rappel en effet, un camionneur a forcé le barrage, écrasant Roger au passage. Il est toujours activement recherché.
Les proches de Roger, présents en nombre ce samedi, sont dégoûtés. Et plus déterminés que jamais.
"Ce qui s'est passé doit servir de leçon. Aujourd'hui plus que jamais, nous devons être solidaires", a commenté un gilet jaune via un mégaphone. "Personnellemnet, je vais continuer à manifester jusqu'à ce que je n'en puisse plus. Nous allons marcher aujourd'hui, comme d'habitude sauf que cette fois, c'est pour toi Roger".
La "marche blanche" a débuté peu avant 15 heures et une minute de silence fut observée. Les manifestants se sont dirigés vers la place de la République Française via les boulevards. Il s'agissait de se disperser dans le piétonnier liégeois.
Si Jacqueline, la compagne de la victime, était présente, elle ne souhaitait pas s'exprimer. Sarah, la fille de cette dernière, nous a toutefois confié son sentiment, tout comme les proches de Roger, présents avec lui sur le barrage vendredi soir.
"Roger était un homme qui avait beaucoup de joie de vivre, il n'était jamais agressif et il me disait souvent qu'il fallait que je manifeste car c'était pour mes droits", nous a confié Sarah, très émue. "Maintenant, je sais qu'il avait raison. Et ce qui s'est passé n'est pas un accident".
Toutes les personnes présentes ce vendredi soir pensent la même chose, à commencer par Dany, 63 ans, ami de Roger.
Article complet dans la Dernière Heure de ce dimanche.