Liège

La dépollution du site de la Vieille-Montagne aurait déjà dû débuter en cette fin d’année.

La dépollution du site de la Vieille-Montagne, au centre de Grâce-Hollogne, aurait dû débuter en cette fin d’année mais un recours devant le Conseil d’État contre l’attribution du marché a été introduit par un entrepreneur écarté et cela reporte donc le dossier de plusieurs mois.

Du côté de la SPAQuE, qui a racheté le site en 2008 pour l’euro symbolique, on espère effectivement entamer les grandes manœuvres, qui devraient durer un an, dès le printemps 2018. Et la formule choisie vient d’être dévoilée. Les camions vont rester sur le site. Peu d’entre eux quitteront la zone.

"Seul un spot de 8 000 m³ comprenant des particules volatiles fera l’objet d’une évacuation dans des camions bâchés qui amèneront les terres polluées dans des centres de traitement agréés", explique Jean-Frédérik Deliège, le porte-parole de la SPAQuE.

Et le reste alors ? "Nous avons déterminé lors de l’analyse qu’il y avait 780 000 m³ à évacuer car ils comprenaient des métaux lourds. Nous avons dès lors décidé de ne rien évacuer mais de réhabiliter le site. La technique que nous prônerons a déjà été utilisée sur le site Felon-Lange à Huy. Il s’agit d’enlever un mètre de terres polluées, on place un géotextile et on remet des bonnes terres sur un mètre de profondeur pour égaliser le sol. Dans les zones habitables, soit 3 hectares, les actes notariés prévoiront qu’on ne peut pas creuser plus bas qu’un mètre."

Que fera alors la SPAQuE des terres polluées ? "Elles seront transportées sur une zone de confinement qui est en fait un vallon qu’on va, grâce à cette technique, combler. Il pourrait servir à installer une centrale photovoltaïque par exemple."

Place, alors dans un deuxième temps, à la réalisation du RUE qui comprendra 31 % (8 hectares) de zone économique (PME/TPE/Commerces), 11 % d’habitat (2,9 hectares), une zone d’équipement communautaire sur 1,4 hectare… Et le reste demeurera des espaces verts (51 %, 13 hectares).