Liège La Ville et la Région s’échangent des terrains en vue de construire l’écoquartier.

C’est en mai 2009 que le conseil communal de la Ville de Liège et le Service public de Wallonie avaient approuvé ce principe d’échange des terrains… Ce vendredi 26 septembre, les entités intéressées ont signé l’acte officiel d’échange; la valeur des zones concernées est de quelque 8,5 millions d’euros. Ceci constitue "la fin d’une procédure administrative qui aura nécessité plus de cinq années de travail" .

Le moment était en effet très attendu en bord de Meuse puisque les terrains dont il est question sont destinés à la construction d’un des plus gros écoquartiers jamais construit en Belgique… Alors que les 25 ha de Coronmeuse, halles des foires y compris, avaient été retenus pour accueillir l’Exposition internationale 2017 - qui est finalement revenue à Astana -, les autorités avaient misé sur une reconversion "verte" du site, exposition ou pas.

Pour agir sur le territoire, il faut toutefois le maîtriser, ce qui n’était pas le cas pour Liège jusqu’à ce vendredi. Outre l’acquisition des terrains, cet échange présente bien sûr un avantage évident au niveau de son impact financier, qui est dès lors nul. En effet, l’opération a consisté à un échange de terrains du SPW (à Coronmeuse en l’occurrence) et de la Ville de Liège. Cette dernière disposait de terrains industriels en bord de Meuse qui intéressaient fortement le SPW et le Port autonome de Liège. Le SPW voulait en effet acquérir des terrains à Renory, "pour permettre le développement de ses activités".

Cette opération règle également ce que la Ville estime être des "incohérences relatives aux sites du Palais des Congrès et de l’héliport où la Ville possède des bâtiments sur un fond appartenant au SPW".

L’étape était nécessaire… reste désormais à monter le dossier, à désigner les bureaux d’études, à trouver les fonds et à obtenir le permis… il y a encore du boulot !