Comme souvent en cas de grève, direction et représentation syndicale se renvoient la balle et chacun accuse l'autre de ne pas agir en faveur d'un apaisement... Ce n'est pas différent à la brasserie d'AB InBev à Jupille, perturbée par un mouvement de grève depuis jeudi dernier. Ce mouvement, soutenu par la FGTB, fait suite à la détection de plusieurs cas de Covid-19 au sein du département logistique. Dix cas ont ainsi été dénombrés, dont un homme d'une cinquantaine d'années plongé dans le coma et, semble-t-il, dans un état critique.

Ce lundi, après la venue de huissiers, le piquet de grève était toujours en place. Les travailleurs à l'arrêt estiment que la direction a tardé à réagir lorsque les premiers cas ont été détectés. Ils se disaient déterminés à aller au finish tant que leurs revendications ne sont pas satisfaites, à savoir réaliser un tracing et le départ de la directrice des ressources humaines et du conseiller en prévention car la confiance est rompue.

Les résultats de tests réalisés jeudi dernier devaient être communiqués. "148 tests ont été réalisés avec un groupe de collègues potentiellement impliqués. Le laboratoire a confirmé que les 148 résultats sont tous négatifs. Le comité de prévention et de protection au travail de la brasserie de Jupille a été informé et, par respect pour la vie privée, les employés sont contactés individuellement par le laboratoire", a-t-on indiqué chez AB InBev Belux lundi en fin d'après-midi. On se dit "prudemment optimiste quant au fait que les tests supplémentaires sont négatifs".

Alors que les grévistes dénoncent des pressions et tentatives d'intimidation par SMS, ceux-ci étant soutenus par la FGTB qui évoque de "graves atteintes au droit de grève", la direction assure avoir fait le nécessaire "pour empêcher le virus de pénétrer dans la brasserie". Et d'ajouter qu'elle a, à plusieurs reprises, invité sans succès les délégués à s'asseoir autour de la table et à débloquer la situation.

Du côté de la FGTB, on précise que les collègues de Jumet et d’Anderlecht ont débrayé, ce lundi, par solidarité.

La direction de la brasserie liégeoise a invité les représentants syndicaux à une réunion de conciliation.