Il ne s'agissait pas, manifestement, d'une menace en l'air... Après l'échec de la réunion de conciliation qui s'est déroulée mardi, et avoir dénoncé une "atmosphère agressive" dans le chef des grévistes de la FGTB, la direction a déclaré ne pas avoir d'autre choix que "de faire exécuter des astreintes aux personnes qui bloquent le fonctionnement de la brasserie et vont au-delà de ce que permet le droit de grève".

Des déclarations qui ont été contestées par la FGTB qui, de son côté, a dénoncé des pressions et tentatives d'intimidation exercées sur des travailleurs. Depuis quelques jours, la police de Liège est régulièrement de passage aux abords de la brasserie liégeoise et les constatations faites sur place ne font pas état d'une "atmosphère agressive".

"Nous sommes plusieurs à être concernés par l'application des astreintes. Dans mon cas, cela s'élève à 11.000 euros et j'avais 24 heures pour payer. Pour les collègues, cela se chiffre entre 2.000 et 3.000 euros. Cela montre l'agressivité de la direction", a précisé vendredi José Borego, délégué principal FGTB.

Le mouvement a débuté le 3 septembre dernier à la suite de plusieurs cas de Covid-19 au sein du département logistique. Un onzième cas a été détecté. Sur les onze cas de Covid-19, deux travailleurs sont aux soins intensifs, dont un dans le coma.

Vendredi, la direction a déclaré qu'elle croit "toujours au pouvoir du dialogue social" et s'est exprimée en faveur d'une nouvelle tentative de conciliation avec toutes les parties présentes. "La sécurité est au cœur du débat et nous allons démontrer, une fois de plus autour de la table, que nos mesures ont été efficaces", a-t-elle souligné. La FGTB, qui estime que les mesures nécessaires n'ont pas été prises dès les deux premiers cas, réclame toujours le déplacement vers un autre site de la directrice des ressources humaines et du conseiller en prévention avec lesquels la confiance est rompue.

Une nouvelle réunion de conciliation est prévue lundi prochain. En attendant, la grève se poursuit à la brasserie de Jupille.