C’est une véritable page de l’histoire locale de la Ville de Hannut qui s’est tournée ce lundi. Et ce, en présence tant du député-bourgmestre Manu Douette (MR) que du premier échevin en charge Martin Jamar (MR).

En effet, ces derniers, accompagnés des responsables de la Régie communale autonome qui en assure la gestion depuis 2010, ont assisté à "un moment historique". Lequel a consisté en l’espèce en la vidange du bassin de l’ancienne piscine communale.

Cette opération, laquelle se déroule habituellement une fois par an, a duré de cinq à six heures et elle a concerné pas moins de 400 m3 d’eau. Comme rappelé par Manu Douette, le bâtiment abritant l’ancienne piscine date du début des années 70.

Et si ce dernier n’est désormais plus au goût du jour, ainsi que l’a souligné Martin Jamar, "la majorité des citoyens hannutois y ont appris à nager". "Ils sont très attachés à ce bâtiment et les souvenirs sont nombreux", a encore précisé le député-bourgmestre.

En attendant Plopsaqua

L’opération en question devait initialement avoir lieu fin novembre mais le contexte sanitaire a poussé les autorités à avancer la vidange du bassin. Cette dernière est pour rappel liée à l’ouverture du futur complexe aquatique Plopsaqua Hannut-Landen.

"Les derniers travaux devraient être terminés d’ici le 5 décembre mais une ouverture ne pourra pas intervenir avant le 15 décembre", a expliqué le premier échevin. La Ville espérant de son côté que le transfert des nageurs puisse se réaliser le plus rapidement possible.

C’est que, à en croire les autorités, l’attente est importante. Et ce, tant des écoles, soit 40 classes par semaine fréquentant l’ancien bassin, que des différents clubs dont celui de natation. La fréquentation annuelle étant estimée à près de 100 000 entrées.

Quant au bâtiment actuel, la volonté est de lui donner une nouvelle vie. "Nous aimerions y créer un espace culturel où les artistes pourraient s’exprimer librement dans un cadre tout à fait particulier."

Au rayon chiffré, alors que des pertes annuelles d’environ 250 000 euros étaient à déplorer, la Ville devra s’acquitter d’une redevance de près de 500 000 euros. Hors Covid-19, 1 200 nageurs pourront être accueillis simultanément contre 100 auparavant. Enfin, le prix d’entrée sera maintenu à 1,65 euro pour les écoles tandis qu’il sera de 5 euros pour les individuels et de 6 euros pour les clubs (par heure et par couloir de nage).