Dès le début de la crise sanitaire actuelle, alors que le déconfinement se profilait à l’horizon, la Ville de Hannut fut une des premières à mettre sur pied un plan de relance à cet égard.

Comme rappelé ce jeudi par le bourgmestre Manu Douette (MR), trois axes ont d’emblée été définis par les autorités communales. Et ce en vue de renforcer l’attractivité du "4280", soit le code postal de l’entité concernée.

Alors que le premier axe a consisté en l’injection dans l’économie locale de moyens financiers via une action coup de pouce au pouvoir d’achat (voir ci-contre), un deuxième axe était prévu, et ce dès avant le coronavirus.

"Un effet accélérateur"

"Nous avions entamé un travail plus structurel en vue de booster l’attractivité de la ville au travers notamment du marketing digital mais il y a eu un effet accélérateur", explique Olivier Leclercq (MR), l’échevin en charge du Commerce.

De son côté, Martine Noël, la responsable de l’ASBL Gestion centre-ville, évoque "les difficultés auxquelles sont confrontés les commerces qui sont installés en centre-ville". La faute n’incombant selon elle pas qu’aux centres commerciaux installés en périphérie ni encore qu’à l’e-commerce.

Face à ce constat général, "il nous revient d’inventer de nouvelles raisons de venir en centre-ville", souligne-t-elle. C’est ainsi qu’une enquête a été menée en mai et juin derniers, via un sondage internet et sous forme d’interviews téléphoniques, par la société privée Cat2Lion.

Au total, 522 réponses ont été émises par un échantillon jugé représentatif de la population. Quatre constats en sont ressortis dont le fait que "Hannut n’existe pas sur le web de manière structurée, pertinente et percutante".

Il a donc été décidé de mettre sur pied un programme pluriannuel, coordonné par l’ASBL Gestion centre-ville et financé dans le cadre d’un PPP à hauteur de 100 000 euros par an. L’objectif étant de rendre la ville plus attractive, en veillant notamment à la diversité des fonctions.

"Cela nécessitera une implication des acteurs publics et privés", insiste Martine Noël. Une amélioration du cadre de vie afin de le rendre plus convivial et le développement de la communication digitale via l’engagement d’un community manager sont également souhaités. À noter que d’autres actions telles que la création d’un festival du jeu ou d’un cinéma en plein air sont aussi envisagées.