Une nouvelle fois cette année, la Province de Liège propose aux citoyens d’acquérir un détecteur au prix de 15 euros afin de tester leur habitation.
Et ce dans cadre de sa lutte contre le radon, lequel est un gaz naturel incolore, inodore et insipide.
Il s’infiltre dans les habitations via le sous-sol par les fissures, les équipements sanitaires ou encore les approvisionnements d'eau.
Les conséquences ne sont à prendre à la légère car lorsqu’il est inhalé le radon s’infiltre dans les poumons, ce qui peut provoquer le cancer.
La deuxième cause de cancer du poumon
Il est d'ailleurs la deuxième cause de cancer du poumon dans notre pays. On le retrouve surtout dans les sous-sols à roche dure, schisteuse et altérée.
La province de Liège et plus précisément le sud du sillon Sambre et Meuse est donc une région particulièrement touchée.
Utiliser un détecteur est le seul moyen de savoir si l'on est ou non exposé au radon.
Cet appareil doit être placé pendant trois mois dans la pièce du rez-de-chaussée la plus fréquentée de la maison, le plus souvent une chambre à coucher ou le salon.
Ensuite, il doit être renvoyé pour analyse vers le Service d'Analyse des Milieux Intérieurs de la Province de Liège.
Lequel peut se rendre gratuitement et à la demande d’un médecin généraliste au domicile des patients souffrant de pathologies suspectées d'être liées à l'habitat.
Chaque année, du 1er octobre au 31 décembre, une large campagne de dépistage du radon est menée afin de sensibiliser la population.
La commande d’un détecteur s’effectue via le site web www.actionradon.be dans la limite du stock disponible.
Il est aussi possible de contacter le Laboratoire de la Province de Liège, par mail via l’adresse labo@provincedeliege.be ou par téléphone au 04 279 77 36.