Dans la nuit de mercredi à jeudi, la police de Huy a intercepté un hutois âgé de 23 ans, qui a commis des tags, notamment sur le palais de justice de Huy.

"Cela faisait quelques temps qu’une personne commettait des graffitis sur divers monuments", indique le commissaire Degrange. "Une attention particulière a été demandée aux différentes patrouilles." En effet cela faisait quelques temps qu’une personne indélicate réalisait des tags sur les ponts, les vitrines, mais aussi le palais de justice, notamment en ciblant le bourgmestre faisant fonction à Huy.

"Dans la nuit de mercredi à jeudi, une patrouille a eu son attention attirée par un individus suspect aux environs de 2 heures du matin. La personne a été interpellée non sans mal. Dans notre jargon, on dit qu’elle s’est rebellée. Le suspect a dû être menotté. Il portait sur lui des bombes de peinture et des gants."

Le suspect est un habitant de Huy âgé de 23 ans et qui est inconnu des services de police. "C’est une personne un peu anarchiste qui a la révolte en lui. Il est en aveux des faits qui lui sont reprochés. Je pense qu’il avait besoin de s’exprimer. Nous espérons que tout cela va s’arrêter car les dégâts sont importants et le nettoyage des tags a un coût élevé."

Le suspect a été privé de liberté par le parquet. Il a été auditionné. Il est en aveux des faits qui lui sont reprochés. "L’homme a été libéré en début d’après-midi avec une proposition de médiation pénale. Il devra rembourser toutes les victimes", termine le commissaire Degrange.

Si l’homme ne paye pas les montants qui lui seront facturés, il pourrait se voir poursuivi devant un tribunal correctionnel pour dégradations mobilières.