Une dealeuse amaytoise, née en 1991, a été condamnée jeudi par le tribunal correctionnel de Huy pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs. Elle a écopé d'une peine de 15 mois d'emprisonnement avec sursis simple pour les deux tiers de la peine. Quatre autres personnes ont également été jugées pour leur implication dans le trafic de drogues. Le 26 février 2018, des agents de la zone de police Meuse-Hesbaye ont découvert un trafic de stupéfiants à Amay après avoir contrôlé une voiture. Deux personnes venaient de se procurer du cannabis et l'odeur dans la voiture ne laissait planer aucun doute sur la présence de stupéfiants. Elles ont expliqué aux agents avoir acheté du cannabis pour consommer un joint chez un ami. La police est intervenue chez la personne en question. Cette dernière les a renvoyé vers sa dealeuse. Chez elle, les forces de l'ordre ont découvert les preuves d'un trafic de stupéfiants: des sachets de cocaïne, des sachets de cannabis, des téléphones, des balances de précision, des récipients et plus de 4.700 euros liquide.

La trafiquante de drogue a reconnu vendre des produits stupéfiants. Plusieurs de ses clients, interrogés par la police, ont confirmé avoir recouru à ses services. La jeune femme a été condamnée à 15 mois de prison, dont 5 mois de réclusion ferme.

Actuellement, elle est détenue en Espagne pour des faits similaires. L'Amaytoise est incarcérée dans l'établissement pénitentiaire de Zuera à Saragosse pour avoir tenté de revendre plus d'un kilo de cocaïne dans un hôtel de luxe.

Son compagnon a de son côté écopé d'une peine de travail de 120 heures. Il avait dans un premier temps avoué aux enquêteurs être à l'origine du trafic, avant de se rétracter devant le tribunal.

La personne qui a dénoncé la trafiquante de drogue a quant à elle été condamnée à une peine de travail de 80 heures. Pour les deux personnes interpelées dans la voiture, le tribunal correctionnel de Huy a prononcé une suspension probatoire de la condamnation.