Le parquet a requis vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de quatre ans de prison contre un Liégeois âgé de 35 ans poursuivi pour non-représentation d'enfant. Le prévenu avait pris la fuite en Serbie avec son enfant âgé de 3 ans après l'avoir emmené de force. Deux complices risquent des peines de 18 mois et 3 ans de prison pour enlèvement d'un enfant mineur. La scène à l'origine des faits reprochés au prévenu s'était déroulée le 10 août 2020 à Grâce-Hollogne. Le fils du prévenu et de son ex-compagne était hébergé chez ses arrières grands-parents. L'homme s'y était présenté vers 06h30 en compagnie de deux complices. Après avoir prétexté faire un cadeau à son fils et le rencontrer, en l'absence de la mère, le prévenu s'était emparé de l'enfant et avait rejoint la voiture qui l'attendait. Il avait pris la fuite à l'étranger.

Le couple séparé n'avait pas pris de dispositions légales en Belgique pour régler les modalités de la garde de l'enfant. L'homme disposait d'un jugement tunisien datant de 2018 lui accordant les droits de garde. Il avait rejoint plusieurs pays d'Europe pour se cacher avec son enfant et souhaitait atteindre la Tunisie.

Le parquet avait entamé une procédure pour protéger l'enfant. Un jugement de la justice liégeoise avait accordé la garde de l'enfant à la mère le 19 août 2020 et un mandat d'arrêt européen avait été lancé. Le prévenu avait été intercepté en Serbie tandis que son enfant avait été retrouvé le lendemain en Allemagne.

Poursuivi pour non-représentation d'enfant, le prévenu a exposé devant le tribunal qu'il voulait profiter une dernière fois de son fils avant de purger une peine de prison prononcée en Belgique. Il a contesté avoir voulu soustraire son fils à sa mère pour se cacher en Tunisie. Il a affirmé avoir renoué sa relation avec la mère, établie avec leur fils dans sa famille tunisienne.

Le parquet a requis contre le prévenu une peine de quatre ans de prison. Son avocat a sollicité l'acquittement et a soutenu que le prévenu se sentait en droit d'avoir la garde de son enfant, car il n'avait pas connaissance d'une décision prononcée contre lui.

Les deux complices du prévenu, poursuivis pour enlèvement d'un enfant mineur, encourent des peines de 18 mois et de 3 ans de prison. Ils ont réclamé leur acquittement.

Le jugement sera prononcé le 7 mai.