La crise sanitaire engendrée par la pandémie de Covid-19, a impacté la vie de nombreuses personnes en bien des aspects. Le confinement a modifié notre façon de consommer et engendré un véritable boom au niveau des commandes sur Internet. Force est de s’adapter à la situation, de nombreux petits commerces de prêt-à-porter ont été contraints d’augmenter leur présence sur les réseaux sociaux et ajuster leur e-shop pour survivre. C’est notamment le cas pour le magasin de vêtements BV Store, situé boulevard de la Sauvenière à Liège.

Bruno Van Rintel, un Liégeois de 25 ans, n’a pas perdu de temps pour réagir. Le patron de BV Store explique : "ne sachant pas comment allait évoluer le virus, j’avais décidé de fermer ma boutique 2 jours avant que le véritable confinement ne débute. Nous avions un site internet qui était en stand-by. J’ai bien compris que le confinement aller durer un petit temps, donc la veille du premier jour de confinement, j’ai travaillé jusqu’à 3 h du matin pour encoder tous nos articles et lancer le site web ." Le jeune homme poursuit : "ensuite, nous avons dû booster nos réseaux sociaux pour faire connaître notre site aux clients."

Malgré le confinement, Bruno Van Rintel est parvenu à créer un lien avec ses clients en allant les livrer personnellement. "Quand j’ai lancé notre e-shop et que les premières commandes ont été faites, j’envoyais une partie des colis via bpost et je livrais personnellement les personnes qui habitaient en région liégeoise. Je pense que les gens appréciaient de voir qu’il ne s’agissait pas d’une société lambda. J’ai également glissé un masque dans chaque colis, une petite touche qui plaisait également aux clients", indique Bruno. Il poursuit : "on a rapidement eu énormément de commandes, entre 50 et 80 par jour. C’était incroyable ! Bpost m’a même proposé un contrat pour notre collaboration tellement j’envoyais de colis. Notre e-shop nous a permis de toucher un public plus vaste puisqu’on a même eu des commandes en France, Ostende ou Bruges ." Pas question, donc, pour l’entrepreneur d’abandonner la vente en ligne !

Un succès qui lui a permis de garder la tête hors de l’eau. Il a ainsi pu payer ses frais et racheter de nouvelles collections. Il a continué à faire le même chiffre d’affaires, malgré la fermeture de sa boutique. "On peut dire que notre e-shop a été lancé grâce au confinement", clôture Bruno.