"J'ai l'énorme tristesse de vous annoncer le décès de mon compagnon, Mbaye Wade, sauvagement assassiné", c'est par ces premiers mots que Pascal Rodeyns, le célèbre avocat liégeois a débuté un message d'hommage au lendemain du meurtre de Mbaye, son compagnon depuis plus de 10 ans. "Mbaye était le plus bon et merveilleux des hommes. J'espère que l'enquête permettra rapidement d'arrêter l'auteur de ce crime ignoble. Conformément à ses volontés, une cérémonie laïque sera organisée et il retournera ensuite au Sénégal auprès de sa famille. Je communiquerai les informations par la suite. Mbaye qui était l'ainé de sa fratrie, s'occupait mensuellement de subvenir aux besoins de sa famille au Sénégal. Si vous voulez faire un geste d'attention, vous pourrez adresser des fleurs ou mieux, verser une somme sur le compte BE26.6304.2359.6029 dont le solde sera reversé à sa famille".

Pour rappel, vendredi matin, Pascal Rodeyns est rentré chez lui, rue Ambiorix, à Liège. L’homme de loi avait passé une bonne partie de la nuit en guindaille et ce, sans son compagnon. Quelques minutes plus tard, l'avocat a fait une terrible découverte. Il a en effet retrouvé le corps sans vie de Mbaye. Le malheureux gisait au bord d’un lit situé au 2e étage de l’habitation. Il portait des traces de coups de couteau à la gorge et au thorax, quatre traces ont été relevées.

L’homme de loi a immédiatement prévenu les secours et les forces de l’ordre. En état de choc, il a été pris en charge par les secouristes. Pour Mbaye, il n’y avait malheureusement plus rien à faire.

Le parquet de Liège a été prévenu du drame et a immédiatement dépêché un médecin légiste. Selon celui-ci, la mort de Mbaye est survenue dans la nuit. Il sera plus précis après avoir pratiqué l’autopsie, prévue ce samedi.

Signalons à ce titre que des traces de lutte ont été remarquées dans la chambre et que l’arme utilisée pour frapper Mbaye n’a pas été retrouvée. Les lieux n’auraient pas été fouillés. Le vol ne serait dès lors pas le mobile du crime.

Aucune trace d’effraction n’a été relevée ce qui laisse à penser que la future victime aurait volontairement laissé rentrer son meurtrier. Signalons à ce titre que si Mbaye et son compagnon avaient une relation amoureuse depuis une dizaine d’années, le couple vivait librement.

Chargée de l’enquête, la Police Judiciaire a saisi les images de caméras de surveillance de la maison et va également visionner celles qui ont été filmées par les caméras de la ville. On espère évidemment, du côté des forces de l’ordre, qu’elles pourront faire avancer l’enquête.