Liège L’enfant de 4 ans de la victime a été particulièrement choqué.

Le tribunal correctionnel de Liège a examiné une affaire de violence routière à charge de Joël, 47 ans.

L’homme doit répondre d’avoir molesté un papa qui a eu le malheur de lui couper la route. Des faits qu’il a commis en présence du petit garçon de 4 ans de la victime.

Le 11 juillet 2017, un conducteur se trouvait dans son véhicule avec sa compagne et son fils à Soumagne. Il a redémarré sans voir la voiture de Joël. Ce dernier n’a pas apprécié la manœuvre. Il a dépassé le véhicule et a freiné brusquement à plusieurs reprises devant la voiture du père de famille. Il s’est arrêté tout en bloquant le véhicule qui le suivait. Il s’en est ensuite physiquement pris à l’automobiliste.

Selon la victime, Joël l’a frappé au visage. Selon ce dernier, il ne l’aurait que "secoué".

"Il m’a coupé la route", a expliqué Joël. "Il ne m’avait pas vu. Il m’a fait un signe insultant. C’est vrai que j’ai freiné fort parce que j’ai eu peur quand il m’a coupé la route. Le but, c’était de l’embêter. Son épouse est sortie. J’ai ouvert la voiture. Je suis allé sur lui pour l’empoigner. Je me suis mis sur lui et j’ai crié. Il est tombé sur le siège convoyeur. Je le tenais au torse. J’ai entendu un petit garçon crier et je suis sorti. Ce n’est pas mon comportement habituel."

L’enfant a été particulièrement choqué. La défense a admis que son client avait adopté un comportement "ridicule" et a plaidé une suspension du prononcé ou une peine de travail.