Après le speedamarathon national de ce 21 avril, la Police Fédérale et les zones de Police Locale de l’arrondissement de Liège sont restées concentrées sur la vitesse des conducteurs qui constitue une des premières causes des accidents mortels de la route. Ce vendredi, une Full Integrated Police Action, communément appelée FIPA a eu lieu aux quatre coins de la province de Liège.

La Police Fédérale de Liège organisait cette action à laquelle participaient 14 zones de police ainsi que la Police Fédérale de la Route, la Police Fédérale de la Navigation et plusieurs services de la Direction de coordination et d’appui de Liège notamment pour la coordination de l’action, pour les renforts des dispositifs, et en mettant à disposition 2 opérateurs radio dédiés à l’opération. La plupart des dispositifs étaient composés d’un véhicule radar et d’équipes de policiers situés en aval afin d’intercepter et contrôler les conducteurs. Chaque dispositif a été installé à plusieurs endroits différents entre 8 heures et minuit ce vendredi.

Pas moins de 20.000 véhicules ont été contrôlés et on recense plus de 1100 excès de vitesse. Au moins 32 permis de conduire ont été retirés. Un triste record revient à la zone de Police Locale Basse-Meuse qui a procédé au retrait de permis d’un conducteur flashé à 128 km/h dans une zone 50km/h !

Un conducteur a également été contrôlé sous influence de drogue et 14 grammes de marijuana ont été retrouvés dans le véhicule par la zone de Police Locale Ans/St-Nicolas. Un autre conducteur, intercepté en Hesbaye, était sous influence de cocaïne.

Un des dispositifs ciblait particulièrement les deux-roues. Au vu des nombreux véhicules qui n’étaient pas en règle, les deux-roues pourraient constituer la thématique d’une prochaine action FIPA.