Amay, Baelen, Ferrières, Hamoir, Jalhay, Rendeux, Soumagne, Sprimont, Stavelot et Wanze… telles sont les dix nouvelles communes reclassées, ce jeudi, en catégorie 2 par le Gouvernement wallon, suite aux inondations survenues mi-juillet et ayant impacté, pour rappel, pas moins de 209 communes wallonnes.

"À la suite de récoltes de données supplémentaires fournies par les pouvoirs locaux et des visites organisées sur le terrain par le Commissariat à la reconstruction, une actualisation des catégories de communes a été réalisée afin de tenir compte des données actualisées", a en effet fait savoir le Gouvernement wallon. Il a ainsi été proposé de reclasser les dix communes précitées (dont 9 liégeoises) en catégorie 2. On précise au cabinet du ministre Christophe Collignon, en charge des Pouvoirs locaux, qu’une dotation exceptionnelle de 587 719 euros était octroyée à ces communes, "afin de financer un support logistique en moyens matériels et humains pour le nettoyage et le déblaiement ou toute autre action selon les réalités du terrain".

Eupen en catégorie 1

Pour rappel, la première catégorie comprend 9 communes considérées comme bien plus sinistrées et impactées par les inondations, à savoir Chaudfontaine, Esneux, Liège, Limbourg, Trooz, Pepinster, Verviers, Rochefort et Theux. "Néanmoins, il est proposé de faire passer Eupen en catégorie 1 pour laquelle les visites de terrain renvoient objectivement les difficultés auxquelles elle est confrontée".

La deuxième catégorie est composée de communes ayant une zone sinistrée peu étendue ou une zone étendue avec des dégâts importants, comptant des dizaines de familles à reloger, entre 100 et 500 logements impactés à des degrés divers, qui devront réaliser d’importants travaux de rénovation ponctuels sur certaines voiries ou dans les bâtiments publics et qui ont été amenées à évacuer une masse importante de déchets.

Quant à la troisième catégorie de communes, elle reprend toutes les autres communes reprises dans le périmètre du territoire régional considéré comme impacté par les inondations reconnues comme calamités naturelles et qui ne sont pas dans les deux premières catégories de communes.