Liège Le Conseil d’État annule la carte des zones d’aléas d’inondation sur Aywaille

C’est une (deuxième) victoire qui fait énormément plaisir aux autorités locales d’Aywaille… et plus particulièrement au chef de groupe Ensemble et député régional Philippe Dodrimont. Le Conseil d’État vient en effet d’annuler la carte wallonne fixant les zones d’aléas d’inondation et ce, sur la commune d’Aywaille. Pour la deuxième fois, Aywaille avait introduit un recours et, pour la deuxième fois, elle obtient donc gain de cause. Cette victoire est tout sauf anodine…

Sur la commune en effet, on ne compte pas moins de 24 kilomètres de berges (Amblève). Et de part et d’autre du cours d’eau, de nombreux terrains sont considérés comme étant en zone inondables ; d’après la carte du moins, validée en 2007 puis annulée en 2013, revalidée en 2016 et, donc, annulée en mars 2019.

Pourquoi ces remous ? "Cette carte n’a jamais tenu compte des travaux de réaménagement des berges", explique Philippe Dodrimont. Des travaux réalisés… à la fin du XXe siècle ; le Ravel entre Aywaille et Remouchamps fut inauguré en 1996. Malgré ces travaux, "ayant prouvé leur utilité, pas plus tard qu’il y a quelques jours", insiste Philippe Dodrimont, la Région est restée imperméable aux modifications… "Or cette carte empêche la concrétisation de nombreux projets".

En 2016, les subsides n’ont par exemple pas été délivrés pour le terrain synthétique du club de football, car il est situé, selon la carte, en zone inondable. Idem de la chapelle de Martinrive qui surplombe de plusieurs mètres… le chemin de fer ; "il en va de même de l’administration, de mon ancien bureau, c’est risible", ajoute Philippe Dodrimont.

C’était risible car la carte est donc annulée. Ceri

se sur le gâteau, l’argument invoqué est cette absence de réponse de la Région aux questions de la commune d’Aywaille. En d’autres termes, la nouvelle carte devra nécessairement consulter Aywaille.