Dans l’entité de Braives, au cœur du parc naturel des vallées de la Burdinale et de la Mehaigne, c’est au départ d’une opération de développement rural, associant les citoyens, qu’est née la Maison de la Mehaigne et de l’Environnement rural (MMER).

Et ce, il y a une quinzaine d’années avec pour objectif avoué de faire connaître la nature et l’environnement, plus particulièrement en l’espèce les rivières et les zones humides, à tous les publics, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes (citoyens, écoliers, seniors, touristes…).

Depuis 2012 et de concert avec les villageois, la MMER a créé le Village du Saule. Lequel est vu par sa directrice Françoise Hogge comme "un site historique et naturel remarquable." Intégré au parc naturel, il se compose notamment d’une ancienne cour de justice et d’un ancien moulin.

Ce dernier a d’ailleurs été transformé en centre d’hébergement et propose du logement (55 lits). L’ancienne cour de justice de Hosdent, soit le nom du village en question, abrite, quant à elle, des salles polyvalentes dédiées à de l’animation et des activités autour de la nature.

On peut notamment évoquer une école de pêche ainsi que des activités de tressage du saule, de découverte de la rivière, de la cuisine sauvage, de la faune et de la flore des zones humides… On y trouve aussi de l’horeca et un espace vert public de 3,5 ha aménagé en un parcours du saule.

Ce dernier comprend un tunnel, des cabanes, des colonnes et des haies en saule vivant. Le site compte également un salicetum de 55 variétés de saules, d’où le nom qui lui a été donné, une oseraie, un étang pour l’école de pêche et une plaine de jeux.

Son développement a été exponentiel puisque de 800 visiteurs, le Village du Saule accueille aujourd’hui plus de 20 000 visiteurs par an. Et si la crise sanitaire actuelle a eu un impact sur la fréquentation du site, il fait désormais figure de valeur sûre.

Forte du soutien de ses partenaires régional et européen, et ce, au travers du projet Leader + chapeauté par le Gal Burdinale-Mehaigne, la MMER entend s’étendre. Et ce, au travers d’un nouveau bâtiment d’une superficie de 400 m² et voulu 100 % durable. "Il permettra de développer l’accueil et l’animation d’un tourisme nature et diffus", souligne Françoise Hogge.

Une technique inédite de bardage en saule viendra intégrer ce bâtiment dû à l’architecte Michel Prégardien, le saule étant une matière locale flexible et résistante qui pousse abondamment, permettant une autonomie dans l’approvisionnement en matière première.