Le site comprendra trois terrains, l’un naturel et deux synthétiques, ainsi qu’une salle polyvalente.

C’est un projet dont on parle depuis longtemps à Flémalle qui est enfin sur la voie de la concrétisation : un pôle football de 3 hectares afin de permettre à la Royale Union Flémalloise (NDLR : structure qui réunit les trois anciens clubs de football de Mons-Lez-Liège, d’Ivoz-Ramet et des Trixhes) et à l’école des jeunes d’évoluer dans de bonnes conditions. En effet, les infrastructures datant des années 60, voire avant, les normes en termes de sécurité et d’hygiène ne sont plus suffisamment rencontrées.

Ce pôle football sera établi sur les installations existantes à Mons-Lez-Liège, sur une superficie de 3 hectares. Afin d’y développer le projet tel qu’envisagé, la commune de Flémalle a acquis une parcelle adjacente. Ce nouveau complexe se composera de trois terrains, l’un naturel et deux synthétiques réalisés avec des matériaux naturels (bouchons de liège), d’un parking et d’un bâtiment qui sera organisé en deux parties.

Les deux terrains synthétiques serviront surtout aux entraînements des clubs de la commune, tandis que le terrain naturel sera principalement utilisé pour les matchs de l’équipe première.

" Le fait de doter l’infrastructure de terrains synthétiques, ce qui n’existe pas à ce jour, permettra une plus grande utilisation et dans de bonnes conditions ", souligne Yves Richard, gestionnaire du CSL (Centre Sportif Local). " Dans une première partie du bâtiment, il y aura des vestiaires au rez-de-chaussée ainsi qu’une cafétéria à l’étage avec une tribune. Et dans l’autre partie, il y aura à l’étage une salle polyvalente pour la pratique de sports hors raquette et ballon ainsi que des bureaux au rez-de-chaussée. Ainsi, le CSL, qui est actuellement installé à l’échevinat des sports, sera enfin basé dans un centre sportif comme c’est le cas dans d’autres communes ".

Cette salle polyvalente (410 m²) permettra non seulement d’accueillir des disciplines qui ne trouvent pas forcément de place pour les héberger à l’heure actuelle mais aussi de désengorger les deux halls omnisports qui, eux, sont équipés pour la pratique de sports de ballon. Des cours de danse, de gymnastique, de yoga ou encore d’arts martiaux pourraient ainsi investir le futur nouvel espace. " Les établissements scolaires ainsi que les manifestations sportives ponctuelles et autres seront également les bienvenus pour occuper les lieux ".

L’investissement global s’élève à 4,5 millions d’euros (hors TVA), dont 2,5 millions d’euros de subsides d’Infrasports qui viennent d’être officialisés. Le chantier pourrait démarrer au printemps 2020 pour une mise en service des installations pour la saison sportive 2021-2022.


Dans la même série « J’aime ma commune »

- Le dossier éco-friendly

- Le dossier festif

Avec le soutien d'AXA