Liège Il est désormais organisé dans le cadre du jumelage existant depuis 27 ans avec la commune bretonne de Lancieux.

Cela fait 27 ans désormais que des liens d’amitié unissent les communes d’Oreye et de Lancieux. La première étant située en province de Liège et la seconde en Bretagne et plus particulièrement dans le département des Côtes d’Armor.

Si l’initiative originelle en revient à l’ancien bourgmestre orétois Henri Goreux, le jumelage existant depuis lors a évolué. En effet, les bourgmestres se sont succédé ainsi d’ailleurs que les enfants profitant des classes de dépaysement qui sont organisées annuellement.

Depuis l’an dernier , une nouvelle majorité communale est en place et la volonté du maïeur actuel Jean-Marc Daerden a été de remettre l’ouvrage sur le métier et d’aller un cran plus loin. Ainsi donc, il est désormais proposé à l’ensemble des enfants orétois et pas seulement aux écoliers de l’entité de participer à un stage sur place.

Lequel a été organisé pour la première fois durant l’été dernier et est donc appelé à être reconduit. Comme expliqué par le nouveau maïeur orétois, il s’agit en premier lieu par l’organisation de ce séjour résidentiel à Lancieux de " faire découvrir aux petits Orétois les joies des sports nautiques (char à voile, catamaran, canoë, voilier…) ".

Ces derniers ont également le loisir à cette occasion de pouvoir faire des balades GR mais aussi de découvrir la ville de Saint-Malo et le Mont Saint-Michel ainsi que d’autres lieux phares tels que le fort de La Latte. Le départ a eu lieu le 22 juillet dernier et le retour cinq jours plus tard et une quinzaine d’enfants ont participé à une des deux formules proposées ("intensif sport" ou "sport et culture").

Il a été décidé par la commune d’Oreye de limiter les inscriptions aux jeunes gens âgés entre 11 et 16 ans. Et ce notamment pour des raisons liées à l’encadrement des participants. Lesquels ont notamment été accompagnés sur place par le responsable du centre sportif et sa compagne.

Le bourgmestre lui-même a fait le déplacement en terres bretonnes. Si l’on en croit ses dires, les conditions se sont révélées optimales pour une première. " Le temps était de la partie et on a pu profiter au maximum des activités proposées ", se réjouit-il. Et d’affirmer que des marques d’intérêt existent déjà pour l’année prochaine.


Dans la même série « J’aime ma commune »

- Le dossier éco-friendly

- Le dossier festif

Avec le soutien d'AXA