Dans la cité du Fer, en soutien au commerce local, on mise sur le dispositif régional Créashop, qui consiste à redynamiser des zones commerciales ayant tendance à être désertées. Avec ses partenaires en matière de redéploiement et d’entreprenariat (Arebs et Alpi), le service du développement économique de la ville de Seraing se focalise sur les cellules vides.

"Dans le cadre de Créashop, une séance est organisée tous les trois mois et, en moyenne, une intervention financière est attribuée à cinq créations de commerce", se réjouit Déborah Géradon, échevine en charge du développement commercial à Seraing.

La philosophie qui y est privilégiée consiste donc à orienter un porteur de projet vers l’occupation d’une cellule vide et de l’accompagner afin de s’assurer que son projet tienne la route.

"À côté des primes Créashop disponibles depuis quelques années, la ville met en place une aide complémentaire au loyer, à travers un financement partiel, afin de soutenir l’installation de certains types de commerces à des endroits prioritaires", précise-t-on à l’Arebs, l’Association de redéploiement économique du bassin sérésien. Et pour cause, quand on lance une activité, il n’est pas toujours aisé de faire face aux frais de location les premiers mois…

Made in Seraing

Dans la même logique de soutien au commerce de proximité tout en luttant contre les cellules vides, la ville de Seraing entend également développer le concept de pop-up store. L’idée est de donner ainsi une visibilité à des artistes, artisans et autres producteurs sérésiens n’ayant pas la possibilité d’ouvrir leur propre commerce, et ce, dans l’espoir que cela leur serve de rampe de lancement…

"Ici, le pop-up store sera permanent mais ce sont les personnes qui y exposeront leurs produits, leurs créations qui changeront au fil du temps", souligne l’échevine sérésienne, ajoutant que ce pop-up store "Made in Seraing" sera établi dans le centre de Jemeppe, a priori rue Grand-Vinâve d’ici la fin du premier semestre 2021.

Par ailleurs, un autre concept de table partagée est en réflexion, rue Cockerill. Il s’agirait d’un restaurant qui donnerait l’occasion à différents chefs d’y faire découvrir leurs talents culinaires.