Mohamed Boughaiout, accusé du meurtre de sa mère, a formulé des aveux vendredi devant la cour d'assises de Liège

Mohamed Boughaiout, accusé du meurtre de sa mère, a formulé des aveux vendredi matin devant la cour d'assises de Liège avant le début des plaidoiries des avocats des parties civiles. Il a donné une version qui explique pourquoi il a tué sa mère. Il a ajouté qu'il ne souhaitait pas être défendu pour ces faits. Mohamed Boughaiout (33 ans) avait tué sa mère âgée de 62 ans le matin du 20 octobre 2017 à Liège. Le corps de Fatima El Mezouar avait été découvert le lendemain des faits, plongé dans un ruisseau dans un village de la commune de Stoumont.

Depuis le début du procès, Mohamed Boughaiout avait refusé de répondre aux questions relatives à la raison pour laquelle il avait tué sa mère, malgré les diverses démarches effectuées par la présidente Annick Jackers. Vendredi, alors que tous les témoins avaient été entendus et que devaient débuter les plaidoiries, l'accusé a demandé à rencontrer ses avocats et a souhaité prendre la parole lors du début de l'audience.

Il a exposé que, le matin du jour des faits, il avait eu une discussion avec sa mère qui lui reprochait une facture de téléphonie d'un montant de 200 euros. Sa maman refusait d'honorer cette facture. "J'ai répondu que j'étais prêt à faire d'autres bêtises pour apurer cette dette. Elle m'a répondu qu'elle voulait que je parte."

L'accusé a précisé que c'est pour cette raison qu'il a tué sa mère. Mohamed Boughaiout a précisé ensuite qu'il ne souhaite pas que ses avocats le défendent lors des débats sur la culpabilité. L'accusé s'est ensuite qualifié de "merde" et qu'il accepte, en évoquant la peine qui doit lui être infligée, tout ce que le jury lui donnera.

Mohamed Boughaiout a présenté ses excuses à ses sœurs ainsi qu'à ses neveux et nièces.